Articles

Le point sur les charges d’urbanisme en Région wallonne

Le point sur les charges d’urbanisme en Région wallonne

Le point sur les charges d’urbanisme en Région wallonne

27.10.2017

En Région wallonne, comme dans les autres Régions, les permis d’urbanisme et d’urbanisation peuvent être  subordonnés à l’imposition de charges d’urbanisme. Le Code du développement territorial, en vigueur depuis le 1er juin dernier, est venu préciser et affiner, sans le modifier substantiellement, le régime des charges d’urbanisme en Région wallonne.

Le Code du développement territorial, en vigueur depuis le 1er juin dernier, est venu préciser et affiner, sans le modifier substantiellement, le régime des charges d’urbanisme en Région wallonne :

La finalité des charges d’urbanisme

Une distinction nette est établie entre les conditions et les charges d’urbanisme, selon leur finalité : les premières visent à assurer « la faisabilité ou à l’intégration du projet » ; les secondes sont imposées « en vue de compenser l’impact que le projet fait peser sur la collectivité au niveau communal ».  C’est sur la base de ce critère finaliste que l’autorité compétente doit désormais déterminer distinctement, dans le permis qu’elle délivre, les conditions et les charges imposées.

Le lien entre le projet et les charges d’urbanisme

S’écartant de la jurisprudence du Conseil d’Etat, le CoDT précise que la nature des charges d’urbanisme ne doit pas être « en relation immédiate » avec le projet autorisé. L’autorité qui envisage d’imposer des charges qui ne se situent pas à proximité du projet est cependant tenue de s’en justifier au regard de la stratégie territoriale définie dans le schéma de développement communal ou pluricommunal applicable.

L’objet des charges d’urbanisme

Comme sous le CWATUPE, les charges doivent être imposées en nature, non en numéraire. Elles peuvent tout d’abord porter sur la réalisation ou la rénovation de voiries ou d’espaces verts publics, sur la réalisation ou la rénovation de constructions ou d’équipements publics ou communautaires, ou sur « toutes mesures favorables à l’environnement ». La partie réglementaire du CoDT donne de nombreux exemples d’actes et travaux se rapportant à chacune de ces trois catégories de charges.

L’autorité compétente peut par ailleurs solliciter du demandeur qu’il s’engage, au moment où les travaux sont entamés, à céder à titre gratuit la propriété de voiries, d’espaces publics ou de constructions ou d’équipements publics ou communautaires, mais aussi – et le CoDT innove sur ce point – la propriété de biens pouvant accueillir de tels constructions ou équipements.

Le montant des charges d’urbanisme

Pas plus que le CWATUPE, le CoDT ne fixe de tarif obligatoire relatif au montant des charges, qui demeure donc laissé à l’appréciation de l’autorité compétente, dans le respect des principes d’égalité et de proportionnalité. Le CoDT précise cependant les modalités d’application de ce dernier principe.

Tout d’abord, le coût des charges d’urbanisme – en ce compris celui des cessions imposées à titre gratuit, mais à l’exclusion de celui des conditions – doit être proportionnel :

  • d’une part, au « coût financier que l’exécution du projet est susceptible de faire peser sur la collectivité ». Ce coût social semble devoir être appréhendé en tenant compte des « impacts positifs du projet sur la collectivité » ; 
  • d’autre part, à « l’objet du permis sollicité par le demandeur ».

Ensuite, les autorités sont expressément autorisées à établir par voie générale un tarif théorique, en fonction de la localisation et de la superficie des projets, du nombre de personnes accueillies ou du trafic généré.

La procédure d’imposition des charges d’urbanisme

On retiendra tout d’abord la possibilité expressément offerte au demandeur d’intégrer les charges qu’il se propose de réaliser dans sa demande de permis. Une telle proposition ne lie pas l’autorité compétente. Elle permet cependant permettre de régler la problématique de l’absence d’évaluation environnementale et d’enquête publique que fait naitre les charges qui ne sont identifiées qu’en fin de procédure d’instruction de la demande de permis.

Par ailleurs, le CoDT consacre une pratique bien ancrée en permettant à l’autorité d’aviser le demandeur des charges qu’elle envisage d’imposer « lors de la réunion de projet ou en cours de procédure » afin d’évaluer leur faisabilité et d’y substituer, le cas échéant, d’autres charges plus adéquates.

Enfin,  le CoDT énonce expressément que le permis doit être motivé quant au choix des charges, à leur localisation et au respect du principe de proportionnalité.

Les modalités d’exécution des charges d’urbanisme

L’autorité compétente peut toujours subordonner la délivrance du permis à la four­niture de garanties financières nécessaires à l’exécution des charges.

Elle peut en outre déterminer le délai endéans lequel les charges doivent être réalisées, prévoir la réalisation des charges d’urbanisme par phases et, lors de la délivrance d’un permis d’urbanisation, déterminer ceux des lots qui peuvent être cédés sans que le titulaire ait exécuté les charges imposées ou fourni les garanties financières nécessaires à leur exécution.

 

Team

Related news

14.02.2020 EU law
Does your everyday cleaning product qualify as a 'biocidal product' under European legislation?

Articles - On 19 December 2019, the Court of Justice of the European Union (CJEU) ruled on the concept of 'biocidal product', as defined in article 3 of Regulation 528/2012 on the making available on the market and use of biocidal products, in a case on a cleaning product primarily used "to ensure the absence of mould". According to the CJEU, the concept of ‘biocidal product’ is to be interpreted broadly, hereby also broadening the scope of application of Regulation 528/2012.

Read more

12.02.2020 NL law
Van inspraakverordening naar participatieverordening op decentraal niveau

Short Reads - De regering stelt voor om de reikwijdte van de decentrale inspraakverordeningen te vergroten naar de uitvoering en evaluatie van decentraal beleid. Dat staat in een conceptwetsvoorstel dat op 9 december 2019 ter internetconsultatie is voorgelegd. Het conceptwetsvoorstel beoogt een wijziging van onder meer de Gemeentewet, de Provinciewet en de Waterschapswet.

Read more

12.02.2020 NL law
Het oproepen en horen van getuigen in het bestuursrecht: hoe zit het ook al weer?

Short Reads - Het oproepen van getuigen en het horen daarvan ter zitting door de bestuursrechter heeft de Hoge Raad in zijn arrest van 15 november 2019 overzichtelijk in kaart gebracht. Dat arrest, dat door de belastingkamer in een bestuurlijke boetezaak is gewezen, is ook voor andere terreinen van het bestuursrecht van belang. Mede ook omdat het horen van getuigen buiten het fiscale bestuursrecht nog in de kinderschoenen staat. In dit bericht bespreken we daarom de mogelijkheden die er bestaan om getuigen te (laten) oproepen en hoe de bestuursrechter daarmee moet omgaan.

Read more

07.02.2020 BE law
Het finale Belgische ‘nationaal energie- en klimaatplan’ en de Belgische langetermijnstrategie: het geduld van de Commissie op de proef gesteld?

Articles - Op 31 december 2019 diende België, nog net op tijd, zijn definitieve nationaal energie- en klimaatplan (NEKP) in bij de Commissie. Het staat nu al vast dat het Belgische NEKP niet op applaus zal worden onthaald door de Commissie. Verder laat ook de Belgische langetermijnstrategie op zich wachten. Wat zijn de gevolgen?

Read more

12.02.2020 NL law
Omgevingsrecht en mobiliteit: hoe werkt het afwijken van parkeernormen in bestemmingsplannen?

Short Reads - Op grond van artikel 3.1.2, tweede lid, Bro kan een bestemmingsplan ten behoeve van een goede ruimtelijke ordening regels bevatten waarvan de uitleg bij de uitoefening van een daarbij aangegeven bevoegdheid afhankelijk wordt gesteld van beleidsregels. Van deze mogelijkheid maken gemeenteraden in hun bestemmingsplannen vaak gebruik als het gaat om parkeernormen

Read more

06.02.2020 BE law
“Eindelijk” een modernisering van het goederenrecht: de praktische impact op de juridische structurering van vastgoedprojecten

Articles - De juridische structurering van vastgoedprojecten verloopt vandaag nog steeds langs de krijtlijnen zoals in 1804 uiteengezet door de Napoleontische wetgever in het Burgerlijk Wetboek, aangevuld met bijzondere wetten (waarvan best gekend de wetten van 10 januari 1824 over het recht van opstal en het recht van erfpacht, resp. “Opstalwet” en “Erfpachtwet”). Thans – bijna 200 jaar later –  is een nieuw Burgerlijk Wetboek in opmaak.

Read more

This website uses cookies. Some of these cookies are essential for the technical functioning of our website and you cannot disable these cookies if you want to read our website. We also use functional cookies to ensure the website functions properly and analytical cookies to personalise content and to analyse our traffic. You can either accept or refuse these functional and analytical cookies.

Privacy – en cookieverklaring