Articles

Quand une concession de service s’apparente à la constitution d’une centrale privée d’achat…, elle est illégale

Quand une concession de service s’apparente à la constitution d’une centrale privée d’achat…, elle est illégale

Quand une concession de service s’apparente à la constitution d’une centrale privée d’achat…, elle est illégale

02.06.2017 BE law

Le marché conjoint peut être conclu pour le compte de pouvoirs adjudicateurs et de personnes privées (qu’elles revêtent ou non la qualité de pouvoir adjudicateur), alors que des personnes privées qui ne sont pas pouvoir adjudicateur ne peuvent pas jouer le rôle de centrale d’achat. 

Modes particuliers de conception de la commande, les marchés conjoints, à l’instar des centrales d’achat, permettent à plusieurs acheteurs de s’organiser en vue d’une commande commune. La différence principale entre ces deux figures juridiques tient à ce que la centrale d’achats est une entité procédant à l’attribution de marchés publics, tandis que le marché conjoint est un marché public attribué par un pouvoir adjudicateur agissant pour le compte d’autres pouvoirs adjudicateurs, auquel on n’aperçoit pas pour quelle raison l’entité « centrale d’achats » ne pourrait recourir.

Le marché conjoint peut bénéficier tant à des pouvoirs adjudicateurs qu’à des personnes de droit privé, que ces dernières revêtent ou non la qualité de pouvoir adjudicateur. Néanmoins, le fait de confier à un opérateur privé qui n’est pas un pouvoir adjudicateur la constitution d'une centrale d'achat au service de pouvoirs adjudicateurs se heurte aux principes d'égalité, de concurrence et de non-discrimination. En effet, l'activité de centrale d'achat, agissant notamment au profit de pouvoirs adjudicateurs, place l'opérateur économique privé en situation privilégiée par rapport à ses propres fournisseurs et par rapport à ses concurrents sur le marché concerné par la centrale. Ainsi, même en l’absence d’une interdiction expresse faite au pouvoir adjudicateur de recourir aux services d'une centrale d'achat privée, l’article 2, 4°, de la loi du 15 juin 2006 doit recevoir une interprétation conforme à la directive 2004/18/CE, et la centrale d’achat doit dès lors répondre à la définition donnée par la directive et, donc, être elle-même un pouvoir adjudicateur.

En l’espèce, une concession de services en vue de la passation de marchés publics conjoints pour l’acquisition de denrées alimentaires  avait été attribuée à un opérateur privé. La question à trancher par le Conseil d’Etat tenait donc à la qualification de l’opération litigieuse : en confiant à l’attributaire de la concession la mission de passer des marchés conjoints, le pouvoir adjudicateur l’a-t-il investi d’une mission de centrale d’achat ?

Dans l’arrêt commenté, le Conseil d’Etat s’est donc penché sur les « conditions » de la concession de service et a retenu différents critères. Il a tout d’abord constaté que la concession visait à instituer une collaboration durable avec un prestataire de services, pour avoir accès par son intermédiaire et grâce à un système centralisé de commandes, pendant une durée pouvant aller jusqu'à quatre années, à un catalogue de fournisseurs choisis au terme d'une ou de plusieurs procédures de marchés publics menées par ce prestataire. Le Conseil d’Etat a ensuite relevé que le mécanisme mis en place ne consistait pas à passer un marché conjoint au pouvoir adjudicateur et à l'attributaire de la concession, dont l'opérateur serait ce dernier, mais à charger celui-ci de passer dans le futur des marchés conjoints regroupant, outre ces deux partenaires initiaux, d'autres partenaires étrangers. Le Conseil d’Etat en a conclu qu’il était donc question d’une entité investie d'une mission qui correspondait, en tous points, aux activités d'une centrale d’achat, à la différence près que le concessionnaire en question n'était pas lui-même un pouvoir adjudicateur.

Par conséquent, en constituant une centrale d’achat privée, le pouvoir adjudicateur a violé les principes d’égalité, de concurrence et de non-discrimination.

Lien : C.E., 2 juin 2017, n°238.402

Related news

15.07.2019 NL law
Minister voor Rechtsbescherming bevestigt: De Awb kent twee vormen van preventieve handhaving

Short Reads - Op 21 juni 2019 heeft de Minister voor Rechtsbescherming (de "Minister") een aantal Kamervragen beantwoord over preventieve handhaving in het bestuursrecht. Deze Kamervragen gaan over twee vormen van preventieve handhaving: (i) handhaven wanneer een overtreding dreigt en (ii) handhaven wanneer een herhaling dreigt van een eerdere overtreding. Voor het toestaan van de eerste vorm van handhaving hanteren rechters een strengere maatstaf dan voor de tweede vorm.

Read more

18.07.2019 NL law
Geen concessieovereenkomst, geen inhouse-gunning OV-diensten aan interne exploitant op grond van de PSO-verordening

Short Reads - Het Hof van Justitie ("Hof") oordeelde onlangs in twee arresten ("Arrest I" en "Arrest II") dat artikel 5 lid 2 PSO-Verordening ("PSO") niet van toepassing is op de onderhandse gunning van opdrachten voor busdiensten die niet de vorm aannemen van een concessieovereenkomst. Artikel 5 lid 2 PSO bevat de voorwaarden voor onderhandse gunning van openbaredienstcontracten aan interne exploitanten.

Read more

15.07.2019 EU law
ICO to impose record-breaking fines for inadequate security measures and data breaches

Short Reads - Though the European data protection authorities have taken their time in enforcing the GDPR, two announcements by the ICO in the UK regarding proposed fines for British Airways and Marriott demonstrate that large fines are about to start landing regularly. Both of the substantial fines are to be handed out as a result of shortcomings in handling data breaches caused by cyber-attacks.

Read more

17.07.2019 BE law
EU Single-Use Plastics Directive is now in force: brief recap

Articles - Plastic is a significant and growing global concern. A recent study commissioned by WWF and carried out by the University of Newcastle, Australia, suggests that people are consuming around 2,000 tiny pieces of plastic every week (which is approximately 5 grams of plastic, the weight of a credit card).  In this context, the EU adopted a new directive aiming at tackling marine litter generated from 10 single-use plastic products and from abandoned fishing gear and oxo-degradable plastics. This is called the Single-Use Plastics Directive and has entered into force this month, on 2 July 2019.

Read more

Our website uses functional cookies for the functioning of the website and analytic cookies that enable us to generate aggregated visitor data. We also use other cookies, such as third party tracking cookies - please indicate whether you agree to the use of these other cookies:

Privacy – en cookieverklaring