Articles

Des contraintes d’espace dans des publicités dans le cadre des contrats conclus à distance

Des contraintes d’espace dans des publicités dans le cadre des contra

Des contraintes d’espace dans des publicités dans le cadre des contrats conclus à distance

30.07.2019 BE law

Walbusch Walter Busch a inséré dans des journaux et revues un prospectus publicitaire de six pages contenant un bon de commande sous la forme d’une carte postale détachable. Ce prospectus ne contenait pas de formulaire de rétraction[1]. La cessation de la publication du prospectus a été demandée et a été accueillie en première instance mais réformée en appel.

Saisi dans ces conditions, le Bundesgerichtshof (Cour fédérale de justice, Allemagne) a décidé de de poser à la Cour de justice plusieurs questions préjudicielles si ce prospectus ne contient pas les informations en bonne et due forme quant au droit de rétraction du consommateur prévu par la directive 2011/83 relative aux droits des consommateurs2, transposée en droit belge par les articles VI. 45 et suivants CDE.

L’article 6, paragraphe 1, sous h), de ladite directive (i.e. l’article VI. 45 CDE) mentionne les informations que le professionnel doit mettre à disposition du consommateur dans le cadre d’un contrat à distance dont le droit de rétraction et ces modalités. Toutefois, l’article 8, paragraphe 4 de même directive (l’article VI.46 CDE) prévoit une exception pour les techniques de communication à distance qui imposent des contraintes d’espace ou de temps pour la présentation des informations.

Dès lors, la juridiction de renvoi cherche à savoir, en substance, selon quels critères il convient d’apprécier si un contrat peut être considéré comme étant conclu selon une technique de communication à distance qui impose des contraintes d’espace ou de temps pour la présentation des informations au sens de l’article 8, paragraphe 4, de la directive 2011/83 et le cas échéant, l’étendue de l’obligation d’information quant au droit de rétraction du consommateur.

Selon la Cour, il faut tenir compte de l’ensemble des caractéristiques techniques de la communication commerciale du professionnel afin de déterminer si la technique de communication impose des contraintes d’espace ou de temps pour la présentation des informations. Ἀ cet égard, la Cour précise qu’il appartient à la juridiction nationale de « vérifier si, compte tenu de l’espace et du temps occupés par la communication et de la taille minimal du caractère typographique qui serait appropriée pour un consommateur moyen destinataire de cette communication, toutes les informations pourraient objectivement être présentées dans le cadre de ladite communication ». La Cour apporte aussi une précision importante : « En revanche, les choix effectués par le professionnel concerné quant à l’aménagement et à l’utilisation de l’espace et du temps dont il dispose en vertu de la technique de communication qu’il a décidé d’utiliser ne sont pas pertinents aux fins de cette appréciation. »

La Cour ajoute que l’article 6, paragraphe 1, sous h), et l’article 8, paragraphe 4 de la directive 2011/83 doivent être interprétés en ce sens que, dans le cas où le contrat est conclu selon une technique de communication à distance qui impose des contraintes d’espace ou de temps pour la présentation des informations et lorsque le droit de rétraction existe, le professionnel est tenu de porter à la connaissance du consommateur avant la conclusion du contrat, les conditions, le délai et les modalités d’exercice de ce droit et de lui fournir le modèle de formulaire de rétraction figurant à l’annexe I, partie B de ladite directive, « par une autre source, dans un langage clair et compréhensible ».

Notes de bas de pages:
  1. CJUE, 23 janvier 2019, Walbusch Walter Busch, Affaire C-430/17.
  2. Directive 2011/83/UE du Parlement européen et du Conseil du 25 octobre 2011 relative aux droits des consommateurs, modifiant la directive 93/13/CEE du Conseil et la directive 1999/44/CE du Parlement européen et du Conseil et abrogeant la directive 85/577/CEE du Conseil et la directive 97/7/CE du Parlement européen et du Conseil.

Related news

26.04.2021 BE law
L’appropriation frauduleuse de listes de clients à des fins de détournement de clientèle constitue une pratique commerciale déloyale et une violation du secret d’affaires

Articles - La Cour d’appel de Gand a jugé que l’appropriation frauduleuse de listes de clients ainsi que l’utilisation de celle-ci constituent un détournement illicite de clients ainsi qu’une violation de l’article XI. 332/4 CDE (secret d’affaires).[1]

Read more

26.04.2021 BE law
L'utilisation illégale de secrets d'affaires obtenus de façon illicite conduit à une injonction temporaire de cesser une activité économique spécifique

Articles - Le président du tribunal d’entreprise de Gand a jugé que l'utilisation de secrets d’affaires obtenus de façon illicite, tels que des informations techniques sur les produits, lorsqu’une personne morale ou physique savait ou aurait dû savoir que ces derniers avaient été obtenus de façon illicite, viole l'article XI.332/4 du Code de droit économique (CDE) et est contraire à la concurrence loyale (article VI.104 CDE).

Read more

26.04.2021 BE law
Openbaarmaking en bedrijfsgeheimen, waar ligt de grens?

Articles - De Voorzitter van de Ondernemingsrechtbank te Brussel, zetelend zoals in kortgeding, heeft geoordeeld dat de openbaarmaking van een geheim productieproces door een ex-werknemer aan een concurrerende onderneming een oneerlijke handelspraktijk uitmaakt (schending van artikel XI.332 van het Wetboek Economisch Recht).[1] 

Read more

26.04.2021 BE law
Violation d’obligation contractuelle et tierce complicité – le juge des cessations peut établir l’existence d’une rupture de contrat

Articles - La Cour de Cassation a confirmé que même si les infractions liées aux pratiques de marché loyales relèvent de la responsabilité extracontractuelle, le juge des cessations, afin d’établir une éventuelle tierce complicité de la violation contractuelle, est compétent pour se prononcer sur l’existence d’une rupture de contrat à laquelle la société tierce a participé.

Read more