Short Reads

Droit sur la dénomination commerciale

droit sur la dénomination commerciale

Droit sur la dénomination commerciale

05.09.2017 BE law

À la suite d’un litige entre Omnitravel Plus BVBA (« la partie demanderesse » et appelante) et Omnia NV (« la partie défenderesse » et intimée), deux entreprises actives dans la région de Gand, la Cour d’appel de Gand a, une nouvelle fois, exposé clairement la jurisprudence relative au droit sur la dénomination commerciale[1]. En avril 2011, Omnia NV a modifié sa dénomination commerciale en « Omnia Travel » et l’a déposée en tant que marque verbale et figurative le 22 juin 2011. 

omnia travel    Omnia travel logo

Les deux dénominations commerciales ont indubitablement la même consonance et ne diffèrent que de manière très limitée sur le plan visuel. La Cour rappelle que le droit sur la dénomination commerciale naît du premier usage public (p.ex. dans la BCE, via un nom de domaine, un site internet ou la création de publicité), sans qu’une quelconque originalité ou créativité ne soit requise à cet égard. Par la loi relative aux pratiques de marché (à présent, le livre VI du Code de droit économique), une entreprise ne peut s’opposer à l’utilisation de sa marque par une autre entreprise (en l’espèce, la partie défenderesse), et ce même si cette marque est identique à sa dénomination commerciale précédemment utilisée et sans que la suppression de la marque ait été obtenue.

Par ailleurs, il ressort des faits que la partie défenderesse était la première à avoir fait publiquement usage de sa dénomination commerciale, plus précisément en date du 1er décembre 2011. Dès lors, la partie demanderesse a perdu le droit sur la dénomination commerciale étant donné (i) que la dénomination commerciale Omnitravel n’était plus utilisée en 2010 lorsque Toerisme Vlaanderen a supprimé la licence de Omnitravel ; (ii) qu’il n’a pas été démontré qu’il existait une continuité avec une activité commerciale exercée par la suite sous le même nom (prétendument via BVBA Squatra) ; (iii) que même si BVBA Squatra avait utilisé la dénomination commerciale, celle-ci a été obtenue par la partie défenderesse conformément au contrat de rachat de BVBA Squatra par Omnia NV ; et (iv) que la partie demanderesse n’a d’ailleurs été constituée qu’en date du 22 octobre 2012 et n’utilise activement la dénomination commerciale que depuis le 2 janvier 2013.

Notes:

  1. Gand 22 mai 2017, 2015/AR/3079, non publ.

Related news

09.12.2019 BE law
Stibbe versterkt EU/competition praktijk met nieuwe vennote Sophie Van Besien

Inside Stibbe - Brussel, 9 december 2019 – Stibbe verwelkomt Sophie Van Besien, gespecialiseerd in Europees recht, mededingingsrecht en gereguleerde markten, als nieuwe vennote in het Brusselse kantoor. Sophie’s expertise zal Stibbe’s dienstverlening in de Benelux versterken en bijdragen aan de verdere ontwikkeling van zijn EU/competition en regulated markets praktijk. Sophie vervoegt Stibbe op 9 december 2019.

Read more

09.12.2019 BE law
Stibbe renforce sa pratique de droit européen et de la concurrence par la venue de Sophie Van Besien en qualité d’associée

Inside Stibbe - Bruxelles, le 9 décembre 2019 –  Stibbe a le plaisir d’accueillir Sophie Van Besien, avocate spécialisée en droit européen, droit de la concurrence et des marchés réglementés, en qualité de nouvelle associée au sein de son cabinet bruxellois. Son expertise permettra d’enrichir les prestations actuelles du cabinet au Benelux et de contribuer au développement de son activité en droit européen et en droit de la concurrence ainsi que des marchés réglementés. Sophie Van Besien rejoint Stibbe ce 9 décembre 2019.

Read more

09.12.2019 BE law
Stibbe expands EU/competition practice with new partner Sophie Van Besien

Inside Stibbe - Brussels, 9 December 2019 – Stibbe welcomes EU law, competition, and regulated markets lawyer Sophie Van Besien as a new partner in its Brussels office. Her expertise will enhance Stibbe’s service offering in the Benelux and contribute to the further development of its EU/competition and regulated markets practice. Sophie joins Stibbe on 9 December 2019.

Read more

30.07.2019 BE law
Un matelas descellé et le droit de rétraction

Articles - Dans un arrêt du 27 mars 2019, la Cour de justice a conclu qu’un matelas, dont la protection a été retirée par le consommateur après la livraison de celui-ci et qui a potentiellement été en contact avec un corps humain, ne relève pas de l’exception au droit de rétraction[1] (pour des raisons de protection de la santé ou d’hygiène) prévue à l’article 16, sous e), de la directive 2011/83 relative aux droits des consommateurs[2] (i.e. l’article VI.53 CDE).

Read more

This website uses cookies. Some of these cookies are essential for the technical functioning of our website and you cannot disable these cookies if you want to read our website. We also use functional cookies to ensure the website functions properly and analytical cookies to personalise content and to analyse our traffic. You can either accept or refuse these functional and analytical cookies.

Privacy – en cookieverklaring