Short Reads

Droit sur la dénomination commerciale

droit sur la dénomination commerciale

Droit sur la dénomination commerciale

05.09.2017 BE law

À la suite d’un litige entre Omnitravel Plus BVBA (« la partie demanderesse » et appelante) et Omnia NV (« la partie défenderesse » et intimée), deux entreprises actives dans la région de Gand, la Cour d’appel de Gand a, une nouvelle fois, exposé clairement la jurisprudence relative au droit sur la dénomination commerciale[1]. En avril 2011, Omnia NV a modifié sa dénomination commerciale en « Omnia Travel » et l’a déposée en tant que marque verbale et figurative le 22 juin 2011. 

omnia travel    Omnia travel logo

Les deux dénominations commerciales ont indubitablement la même consonance et ne diffèrent que de manière très limitée sur le plan visuel. La Cour rappelle que le droit sur la dénomination commerciale naît du premier usage public (p.ex. dans la BCE, via un nom de domaine, un site internet ou la création de publicité), sans qu’une quelconque originalité ou créativité ne soit requise à cet égard. Par la loi relative aux pratiques de marché (à présent, le livre VI du Code de droit économique), une entreprise ne peut s’opposer à l’utilisation de sa marque par une autre entreprise (en l’espèce, la partie défenderesse), et ce même si cette marque est identique à sa dénomination commerciale précédemment utilisée et sans que la suppression de la marque ait été obtenue.

Par ailleurs, il ressort des faits que la partie défenderesse était la première à avoir fait publiquement usage de sa dénomination commerciale, plus précisément en date du 1er décembre 2011. Dès lors, la partie demanderesse a perdu le droit sur la dénomination commerciale étant donné (i) que la dénomination commerciale Omnitravel n’était plus utilisée en 2010 lorsque Toerisme Vlaanderen a supprimé la licence de Omnitravel ; (ii) qu’il n’a pas été démontré qu’il existait une continuité avec une activité commerciale exercée par la suite sous le même nom (prétendument via BVBA Squatra) ; (iii) que même si BVBA Squatra avait utilisé la dénomination commerciale, celle-ci a été obtenue par la partie défenderesse conformément au contrat de rachat de BVBA Squatra par Omnia NV ; et (iv) que la partie demanderesse n’a d’ailleurs été constituée qu’en date du 22 octobre 2012 et n’utilise activement la dénomination commerciale que depuis le 2 janvier 2013.

Notes:

  1. Gand 22 mai 2017, 2015/AR/3079, non publ.

Related news

26.04.2021 BE law
L’appropriation frauduleuse de listes de clients à des fins de détournement de clientèle constitue une pratique commerciale déloyale et une violation du secret d’affaires

Articles - La Cour d’appel de Gand a jugé que l’appropriation frauduleuse de listes de clients ainsi que l’utilisation de celle-ci constituent un détournement illicite de clients ainsi qu’une violation de l’article XI. 332/4 CDE (secret d’affaires).[1]

Read more

26.04.2021 BE law
L'utilisation illégale de secrets d'affaires obtenus de façon illicite conduit à une injonction temporaire de cesser une activité économique spécifique

Articles - Le président du tribunal d’entreprise de Gand a jugé que l'utilisation de secrets d’affaires obtenus de façon illicite, tels que des informations techniques sur les produits, lorsqu’une personne morale ou physique savait ou aurait dû savoir que ces derniers avaient été obtenus de façon illicite, viole l'article XI.332/4 du Code de droit économique (CDE) et est contraire à la concurrence loyale (article VI.104 CDE).

Read more

26.04.2021 BE law
Openbaarmaking en bedrijfsgeheimen, waar ligt de grens?

Articles - De Voorzitter van de Ondernemingsrechtbank te Brussel, zetelend zoals in kortgeding, heeft geoordeeld dat de openbaarmaking van een geheim productieproces door een ex-werknemer aan een concurrerende onderneming een oneerlijke handelspraktijk uitmaakt (schending van artikel XI.332 van het Wetboek Economisch Recht).[1] 

Read more

26.04.2021 BE law
Violation d’obligation contractuelle et tierce complicité – le juge des cessations peut établir l’existence d’une rupture de contrat

Articles - La Cour de Cassation a confirmé que même si les infractions liées aux pratiques de marché loyales relèvent de la responsabilité extracontractuelle, le juge des cessations, afin d’établir une éventuelle tierce complicité de la violation contractuelle, est compétent pour se prononcer sur l’existence d’une rupture de contrat à laquelle la société tierce a participé.

Read more