Articles

Le système de promotion pyramidale en tant que pratique commerciale déloyale[1]

Le système de promotion pyramidale en tant que pratique commerciale déloyale[1]

Le système de promotion pyramidale en tant que pratique commerciale déloyale[1]

11.01.2017 BE law

À la suite d’une question préjudicielle posée par la Cour d’appel de Bruxelles, la Cour de Justice s’est (une nouvelle fois[2]) prononcée sur les conditions d’un système de promotion pyramidale au sens de la Directive relative aux pratiques commerciales déloyales.[3]

Cette disposition a été transposée en droit belge par l’article VI.100, 14° CDE. L’affaire portait sur la qualification du système Lucky 4 All de la Loterie nationale de système de promotion pyramidale interdite.

La Cour de justice a rappelé que l’interdiction des systèmes de promotion pyramidale repose sur trois conditions cumulatives, à savoir la promesse de réaliser un bénéfice économique (i) qui dépend de l’entrée d’autres consommateurs (ii), et dont la majeure partie de la contrepartie ne résulte pas d’une activité économique réelle (iii). Au sujet de cette dernière condition, la Cour a établi que le lien entre les participations versées par de nouveaux adhérents à un tel système et les contreparties perçues par les adhérents existants ne doit pas nécessairement être direct. Un lien indirect suffit. Un système dans lequel la chance de gain est liée à l’apport illimité de nouveaux joueurs (et les droits d’adhésion et mises régulières) et où la probabilité du plafonnement des gains augmente au fur et à mesure que le nombre de joueurs s’accroît, semble offrir ce lien indirect mais certain.

Par ailleurs, la Cour a estimé que le système Lucky 4 All semble, en tout état de cause, réunir les conditions pour être qualifié de pratique commerciale déloyale, dès lors qu’il a pour but de générer un profit pour lui-même. La Cour a finalement laissé cette appréciation au juge national.   

 

Notes:

  1. Arrêt du 15 décembre 2016, Loterie nationale C-667/15, EU:C:2016:958, disponible sur http://curia.europa.eu/juris/document/document.jsf?text=&docid=186265&pageIndex=0&doclang=FR&mode=lst&dir=&occ=first&part=1&cid=370905.
  2. Voyez l’arrêt du 3 avril 2014, 4Finance C-515/12, EU:C:2014:211, disponible sur http://curia.europa.eu/juris/document/document.jsf?text=&docid=150284&pageIndex=0&doclang=NL&mode=lst&dir=&occ=first&part=1&cid=372968.
  3. Voyez le point 14, annexe I de la Directive relative aux pratiques commerciales déloyales.

Related news

24.05.2019 NL law
European regulatory initiatives for online platforms and search engines

Short Reads - As part of the digital economy, the rise of online platforms and search engines raises all kinds of legal questions. For example, do bicycle couriers qualify as employees who are entitled to ordinary labour law protections? Or should they be considered self-employed (see our Stibbe website on this issue)? The rise of online platforms also triggers more general legal questions on the relationship between online platforms and their users. Importantly, the European Union is becoming increasingly active in this field.

Read more

10.04.2019 BE law
Acrylamide: zijn frieten ook juridisch schadelijk voor de gezondheid?

Articles - De risico’s door de aanwezigheid van acrylamide in levensmiddelen noopten de EU tot het nemen van risicobeperkende maatregelen. Exploitanten van levensmiddelenbedrijven van bepaalde levensmiddelen (o.a. frieten, chips, koekjes, …) kregen de verplichting om tal van maatregelen te nemen.  De juridische kwalificatie van acrylamide en het regime van deze maatregelen worden in deze blog toegelicht.

Read more

Our website uses functional cookies for the functioning of the website and analytic cookies that enable us to generate aggregated visitor data. We also use other cookies, such as third party tracking cookies - please indicate whether you agree to the use of these other cookies:

Privacy – en cookieverklaring