Short Reads

Le repos hebdomadaire obligatoire est légal

Le repos hebdomadaire obligatoire est légal

Le repos hebdomadaire obligatoire est légal

26.04.2017 BE law

Le repos hebdomadaire obligatoire tel que fixé dans la loi du 10 novembre 2006 relative aux heures d'ouverture dans le commerce, l'artisanat et les services (ci-après « loi relative aux heures d’ouverture ») continue à susciter l’émoi. Dans un arrêt du 9 février 2017, la Cour d’appel d’Anvers a une nouvelle fois condamné un commerçant qui ne respectait pas ce jour de repos hebdomadaire.

La Cour a estimé que la loi s’appliquait également à un commerce de fleurs et de plantes même si une activité horeca était exploitée dans l’implantation commerciale étant donné que cette activité horeca était de moindre importance. L’activité de vente de fleurs et de plantes constituant bel et bien l’activité principale, ce commerce relevait bien du champ d’application de la notion « commerce de détail » contenue dans la loi du 10 novembre 2006.

Par ailleurs, la défense de l’incompatibilité de la loi relative aux heures d’ouverture avec le principe d’égalité a été rejetée. En effet, dans un arrêt précédent du 9 octobre 2014, la Cour constitutionnelle avait déjà estimé que malgré les diverses exceptions à cet égard (p.ex. les centres touristiques, les magasins dans les gares SNCB et internet), le jour de fermeture obligatoire pour d’autres commerces de détail ne donnait lieu à aucune discrimination.[1] La Cour d’appel a pu donc aisément rejeter cet argument en se référant à l’arrêt précité.

De même, l’argument selon lequel la loi relative aux heures d’ouverture enfreindrait le droit européen, et plus particulièrement la libre circulation des biens, a été rejeté par référence à l’arrêt de la Cour de Justice du 8 mai 2014[2], lequel en était déjà arrivé à la même conclusion.

La Cour affirme par ailleurs que la loi relative aux heures d’ouverture n’est pas contraire à la directive européenne « Services »[3] dans la mesure où la directive ne s’applique pas à la vente de fleurs et de plantes étant donné qu’il s’agit d’un commerce de détail et non de la fourniture de services.

Le détaillant concerné s’est vu infliger un ordre de cessation sous peine d’astreinte. Le délai de régularisation de 40 jours accordé par le premier juge a été confirmé.  

 

Notes:

[1] Arrêt nr. 142/2014, numéro du rôle 5232, http://www.const-court.be/

[2] Affaire C-483/12, Pelckmans Turnhout / Walter Van Gastel - http://curia.europa.eu

[3] Directive 2006/123/CE du Parlement européen et du Conseil du 12 décembre 2006 relative aux services dans le marché intérieur.

Team

Related news

26.04.2021 BE law
L’appropriation frauduleuse de listes de clients à des fins de détournement de clientèle constitue une pratique commerciale déloyale et une violation du secret d’affaires

Articles - La Cour d’appel de Gand a jugé que l’appropriation frauduleuse de listes de clients ainsi que l’utilisation de celle-ci constituent un détournement illicite de clients ainsi qu’une violation de l’article XI. 332/4 CDE (secret d’affaires).[1]

Read more

26.04.2021 BE law
L'utilisation illégale de secrets d'affaires obtenus de façon illicite conduit à une injonction temporaire de cesser une activité économique spécifique

Articles - Le président du tribunal d’entreprise de Gand a jugé que l'utilisation de secrets d’affaires obtenus de façon illicite, tels que des informations techniques sur les produits, lorsqu’une personne morale ou physique savait ou aurait dû savoir que ces derniers avaient été obtenus de façon illicite, viole l'article XI.332/4 du Code de droit économique (CDE) et est contraire à la concurrence loyale (article VI.104 CDE).

Read more

26.04.2021 BE law
Openbaarmaking en bedrijfsgeheimen, waar ligt de grens?

Articles - De Voorzitter van de Ondernemingsrechtbank te Brussel, zetelend zoals in kortgeding, heeft geoordeeld dat de openbaarmaking van een geheim productieproces door een ex-werknemer aan een concurrerende onderneming een oneerlijke handelspraktijk uitmaakt (schending van artikel XI.332 van het Wetboek Economisch Recht).[1] 

Read more

26.04.2021 BE law
Violation d’obligation contractuelle et tierce complicité – le juge des cessations peut établir l’existence d’une rupture de contrat

Articles - La Cour de Cassation a confirmé que même si les infractions liées aux pratiques de marché loyales relèvent de la responsabilité extracontractuelle, le juge des cessations, afin d’établir une éventuelle tierce complicité de la violation contractuelle, est compétent pour se prononcer sur l’existence d’une rupture de contrat à laquelle la société tierce a participé.

Read more