Articles

La Cour de justice précise les exigences de capacité technique et professionnelle admissibles en présence d’un consortium

La Cour de justice précise les exigences de capacité technique et professionnelle admissibles en présence d’un consortium

La Cour de justice précise les exigences de capacité technique et professionnelle admissibles en présence d’un consortium

05.04.2017 BE law

La Cour de justice précise les exigences de capacité technique et professionnelle admissibles en présence d’un consortium et dans les hypothèses où un opérateur économique recourt à la capacité d’entités tierces.

Dans l’affaire qui a donné lieu à son arrêt C-298/15 du 5 avril 2017, la Cour de justice était saisie d’une question préjudicielle par la Cour suprême de Lituanie, dans le cadre d’un litige relatif à un marché de travaux organisé par l’autorité portuaire du port de Klaipeda.

Elle était amenée à se prononcer sur la validité, au regard du droit de l’Union, de dispositions du droit lituanien et des documents de marché, relatives aux exigences de capacité technique et professionnelle.

L’arrêt confirme, à la suite de la jurisprudence récente de la Cour, que la directive pertinente en vue de déterminer les règles applicables à un marché particulier, ratione temporis, est celle en vigueur le jour du lancement de ce marché, ou, plus précisément, « [au] moment où l’entité adjudicatrice choisit le type de procédure qu’elle va suivre et tranche définitivement la question de savoir si elle doit procéder à une mise en concurrence préalable pour l’adjudication d’un marché public » (pt 27). Il s’imposait dès lors en l’espèce d’avoir égard à la directive 2004/17, et non pas à la directive 2014/25.

L’arrêt est également intéressant en ce qu’il illustre l’articulation des différentes règles du droit de l’Union en matière de marchés publics. En l’espèce, le marché de travaux, dont la valeur n’atteignait pas les seuils européens, échappait au champ d’application de la directive 2004/17. Conformément à une jurisprudence établie, la Cour de justice a néanmoins confirmé que ce constat ne suffisait pas à établir l’inapplicabilité du droit de l’Union et a identifié deux hypothèses dans lesquelles le droit de l’Union présente néanmoins une pertinence et doit à ce titre être pris en compte afin d’évaluer la validité des normes nationales.

Premièrement, une directive qui n’est pas applicable à un marché public déterminé (conformément aux critères qu’elle détermine) peut être prise en compte pour l’interprétation du droit national régissant ce marché dans les hypothèses où le législateur a choisi de faire concorder le contenu des règles nationales avec celles de la directive. Le juge doit à cet égard évaluer, de manière cumulative, si le législateur national a opéré un renvoi (i) direct et (ii) inconditionnel au droit de l’Union, ayant pour objectif de réserver un traitement identique aux situations qui relèvent ou non du champ d’application de la directive (pt 34). Cette règle interprétative présente une importance certaine dans le domaine des marchés publics, dès lors que de nombreux États membres (dont la Belgique) font le choix d’appliquer aux marchés publics dont la valeur n’atteint pas les seuils européens (et qui sont dès lors exclus du champ d’application des directives), la quasi-totalité des règles et notions prévues par ces directives concernant les marchés dont la valeur atteint les seuils européens. Comme le montre l’arrêt commenté, elle est néanmoins d’interprétation stricte (Voy. pts 39 à 41 ; pts 63 à 65 ; Comp. pts 81 à 83).

Deuxièmement, dans les hypothèses où aucune directive en matière de marchés publics n’est applicable à un marché particulier (ou rendue indirectement applicable à celui par un renvoi du droit national), les principes généraux d’égalité, de non-discrimination et de transparence demeurent pertinents, pour peu que s’appliquent les libertés de circulation économiques des traités, en particulier les articles 49 TFUE (liberté d’établissement) et 56 TFUE (libre prestation des services). La Cour a considéré en l’espèce que l’intérêt transfrontalier du marché n’était pas contestable eu égard à sa valeur (à peine inférieure aux seuils européens), à la nature stratégique et transfrontalière de son objet (une infrastructure portuaire) et au fait que deux soumissionnaires étrangers avaient participé à la procédure d’appel d’offres (pts 43 à 45). L’effet entravant des mesures nationales contestées ne faisait pas plus de doutes (pt 49).

Sur le plan substantiel, la première question portait sur la validité d’une loi nationale imposant que, dans le cadre d’un marché de travaux, l’adjudicataire réalise lui-même les travaux principaux (tels que définis par l’entité adjudicatrice) en cas de recours à la sous-traitance.

En raisonnant sur la base du schéma de justification des entraves aux libertés de circulation, la Cour a considéré que pareille règle était contraire avec le droit de l’Union. Selon elle, si la volonté de garantir l’exécution correcte des travaux constitue sans aucun doute un objectif d’intérêt général admissible (pt 53), pareille mesure apparaît disproportionnée, en raison de son caractère absolu (qui prive le pouvoir adjudicateur de toute marge d’appréciation), mais également du fait qu’elle s’applique indifféremment à tous les secteurs économiques, quelles que soient la nature des travaux et les qualifications des sous-traitants (pt 55).

Une seconde question visait à établir si le droit de l’Union s’oppose à une clause d’un cahier des charges qui impose, en cas de présentation d’une offre conjointe par plusieurs soumissionnaires, que l’apport de chacun d’eux pour satisfaire aux exigences applicables en matière de capacités professionnelles corresponde, proportionnellement, à la part des travaux qu’il exécutera réellement.

En s’appuyant cette fois sur l’article 54, §6 de la directive 2004/17 et rappelant sa jurisprudence (dont au premier chef, l’arrêt du 7 avril 2016, Partner Apelski Dariusz, C-324/14) , la Cour a confirmé que « il ne saurait (…) être exclu que, compte tenu de la technicité et de l’importance des travaux en cause au principal, l’exécution correcte de ceux-ci exige que, en cas de présentation d’une offre conjointe par plusieurs soumissionnaires, chacun d’entre eux exécute les tâches spécifiques correspondant, eu égard à l’objet ou à la nature de ces travaux ou tâches, à ses propres capacités professionnelles » (pt 91). La Cour a néanmoins déclarée illégale la clause du cahier des charges, en considérant qu’elle n’est pas « propre à garantir la réalisation d’objectifs poursuivis » (pt 94). Selon la Cour en effet, cette clause ne tient pas compte, en raison de sa nature purement arithmétique, « de la nature des tâches à réaliser par chaque soumissionnaire ni des compétences techniques propres de chacun d’eux » (pt 93). Elle ne fait donc pas obstacle « à ce que l’un des soumissionnaires concernés accomplisse des tâches spécifiques pour lesquelles il ne possède pas, en réalité, l’expérience ou les capacités requises » (pt 93). 

Lien: CJUE, Arrêt 05/04/2017, C-298/15

 

 

Related news

15.10.2019 NL law
Een nieuwe uittredingsregeling voor gemeenschappelijke regelingen

Short Reads - Op 26 augustus 2019 is de internetconsultatie gestart van een wetsvoorstel dat de Wet gemeenschappelijke regelingen (Wgr) wijzigt. Het wetsvoorstel heeft als doel de democratische legitimiteit van gemeenschappelijke regelingen te versterken. In een eerder bericht gingen wij al in op eerdere initiatieven om de Wgr te wijzigen en op de in het wetsvoorstel voorgestelde maatregelen, waarbij zeggenschap over de begroting werd uitgelicht

Read more

11.10.2019 NL law
Symposium 'From Stint to Fipronil: a compensation fund for victims of energetic government intervention in crisis situations

Seminar - Stibbe is organising a symposium in Amsterdam on Thursday 7 November entitled 'From Stint to Fipronil: a compensation fund for victims of energetic government intervention in crisis situations'. During this symposium, Stibbe lawyer Tijn Kortmann and Prof. Pieter van Vollenhoven, alongside other experts,  will speak about the compensation fund which, according to van Vollenhoven, injured parties should be able to call upon if a decision by the government turns out to be too drastic.

Read more

15.10.2019 BE law
Avis du Maître architecte et organisation d’une réunion de projet. De nouvelles étapes préalables à la demande de permis d’urbanisme.

Articles - Une des nouveautés de la réforme du CoBAT adoptée le 30 novembre 2017, publiée au Moniteur belge le 20 avril 2018 et entrée en vigueur le 1er septembre 2019 (pour ce qui concerne les demandes de permis d’urbanisme) porte sur la création de deux nouvelles étapes préalables à l’introduction d’une demande de permis d’urbanisme : l’obtention de l’avis du Maître architecte, d’une part, et l’organisation d’une réunion de projet, d’autre part. 

Read more

08.10.2019 NL law
Annotatie bij ABRvS 26 juni 2019, waarin de Afdeling een vereniging als belanghebbende aanmerkt

Short Reads - Op 26 juni 2019 heeft de Afdeling twee uitspraken gedaan over de vraag of een vereniging die opkomt voor werknemers als belanghebbende als in artikel 1:2, derde lid, Awb kan worden aangemerkt. De Afdeling oordeelde dat medewerkers in beginsel niet als belanghebbende kunnen worden aangemerkt. Maar in tegenstelling tot de rechtbanken van Amsterdam en Limburg, oordeelde de Afdeling ook dat een uitzondering hierop kan worden gemaakt. 

Read more

14.10.2019 NL law
Kamerdebat over digitalisering van de overheid: aandacht voor bescherming burger vereist

Short Reads - Op 24 september 2019 zijn er vier moties in stemming gebracht én aangenomen door de Tweede Kamer. De moties hebben als gemeenschappelijke deler dat ze in het teken staan van de steeds groter wordende digitalisering bij de overheid. Het achterliggende doel van de moties is dat de burger voldoende beschermd moet worden tegen deze digitalisering.

Read more

08.10.2019 NL law
De Afdeling herhaalt haar jurisprudentie: bij een 'verdachte' rechtspersoon komt het zwijgrecht in beginsel alleen toe aan de bestuurders van die rechtspersoon

Articles - De uitspraak van 21 augustus 2019 (ECLI:NL:RVS:2019:2801) betreft werknemers van een asbestverwijderingsbedrijf die bezig zijn met werkzaamheden in een pand. Na een melding van het asbestverwijderingsbedrijf zelf, vindt een inspectie plaats. Na een gesprek met de werknemers constateert de inspecteur dat sloopwerkzaamheden worden verricht, terwijl er in het pand asbesthoudende materialen zijn die nog niet zijn verwijderd. Het bedrijf krijgt om die reden een boete op grond van artikel 4.48a lid 1 Arbobesluit.

Read more

Our website uses functional cookies for the functioning of the website and analytic cookies that enable us to generate aggregated visitor data. We also use other cookies, such as third party tracking cookies - please indicate whether you agree to the use of these other cookies:

Privacy – en cookieverklaring