Short Reads

Comparaison des prix entre des magasins de taille différente

Comparaison des prix entre des magasins de taille différente

Comparaison des prix entre des magasins de taille différente

26.04.2017 BE law

La Cour de Justice de l’Union européenne s’est prononcée sur une question préjudicielle relative à une campagne publicitaire télévisée de grande ampleur menée par les supermarchés Carrefour.[1] Dans ce cadre de cette campagne étaient comparés les prix de 500 produits de grandes marques pratiqués dans les magasins Carrefour avec et ceux pratiqués dans les magasins d’enseignes concurrentes, parmi lesquels les magasins Intermarché.

Les écarts de prix étaient favorables à Carrefour. Carrefour avait comparé le prix de ses hypermarchés avec ceux des supermarchés d’Intermarché. Or, cette nuance ne figurait que sur la page d’accueil du site internet de Carrefour en petits caractères.

La question préjudicielle visait à savoir si les comparaisons des prix de produits vendus par des magasins de différente taille étaient licites au regard de la directive 2006/114.[2] La Cour a jugé que ces comparaisons pouvaient également, en principe, stimuler la concurrence. Toutefois, dans certaines circonstances, la différence de taille ou de format des magasins peut fausser l’objectivité de la comparaison. Ainsi, cela est le cas, par exemple, lorsque les magasins font partie d’enseignes qui possèdent chacune une gamme de magasins de taille et de format différents, mais que l’annonceur compare les prix pratiqués dans ses magasins de taille supérieure avec ceux relevés dans les magasins de taille inférieure de ses concurrents, sans que cela apparaisse dans la publicité. Étant donné que les prix des biens de consommation courante sont susceptibles de varier en fonction de la taille du magasin, la comparaison asymétrique peut donner lieu à un écart de prix artificiel important. Les prix ne font dès lors pas l’objet d’une comparaison « objective » au sens de l’article 4 (c) de la directive 2006/114, à tout le moins si le consommateur n’en est pas informé.

Par ailleurs, une telle publicité suscite, lorsque cette méthodologie n’est pas communiquée au concurrent, l’impression que les écarts de prix s’appliquent à tous les magasins de chaque enseigne, ce qui peut influencer le comportement économique du consommateur. Cette nuance constitue dès lors une information essentielle au sens de l’article 7 de la directive 2005/29 [3], qui doit être mentionnée dans le message publicitaire.

 

Notes:

[1] Arrêt du 8 février 2017, Carrefour Hypermarchés v. ITM, C-562/15, EU:C:2017:95.

[2] Directive 2006/114/CE du Parlement européen et du Conseil du 12 décembre 2006 en matière de publicité trompeuse et de publicité comparative, JO 2006 L 376/21.

[3] Directive 2005/29/CE du Parlement européen et du Conseil du 11 mai 2005 relative aux pratiques commerciales déloyales des entreprises vis-à-vis des consommateurs dans le marché intérieur, JO 2005 L 149/22.

Team

Related news

26.04.2021 BE law
L’appropriation frauduleuse de listes de clients à des fins de détournement de clientèle constitue une pratique commerciale déloyale et une violation du secret d’affaires

Articles - La Cour d’appel de Gand a jugé que l’appropriation frauduleuse de listes de clients ainsi que l’utilisation de celle-ci constituent un détournement illicite de clients ainsi qu’une violation de l’article XI. 332/4 CDE (secret d’affaires).[1]

Read more

26.04.2021 BE law
L'utilisation illégale de secrets d'affaires obtenus de façon illicite conduit à une injonction temporaire de cesser une activité économique spécifique

Articles - Le président du tribunal d’entreprise de Gand a jugé que l'utilisation de secrets d’affaires obtenus de façon illicite, tels que des informations techniques sur les produits, lorsqu’une personne morale ou physique savait ou aurait dû savoir que ces derniers avaient été obtenus de façon illicite, viole l'article XI.332/4 du Code de droit économique (CDE) et est contraire à la concurrence loyale (article VI.104 CDE).

Read more

26.04.2021 BE law
Openbaarmaking en bedrijfsgeheimen, waar ligt de grens?

Articles - De Voorzitter van de Ondernemingsrechtbank te Brussel, zetelend zoals in kortgeding, heeft geoordeeld dat de openbaarmaking van een geheim productieproces door een ex-werknemer aan een concurrerende onderneming een oneerlijke handelspraktijk uitmaakt (schending van artikel XI.332 van het Wetboek Economisch Recht).[1] 

Read more

26.04.2021 BE law
Violation d’obligation contractuelle et tierce complicité – le juge des cessations peut établir l’existence d’une rupture de contrat

Articles - La Cour de Cassation a confirmé que même si les infractions liées aux pratiques de marché loyales relèvent de la responsabilité extracontractuelle, le juge des cessations, afin d’établir une éventuelle tierce complicité de la violation contractuelle, est compétent pour se prononcer sur l’existence d’une rupture de contrat à laquelle la société tierce a participé.

Read more