Short Reads

Comparaison des prix entre des magasins de taille différente

Comparaison des prix entre des magasins de taille différente

Comparaison des prix entre des magasins de taille différente

26.04.2017 BE law

La Cour de Justice de l’Union européenne s’est prononcée sur une question préjudicielle relative à une campagne publicitaire télévisée de grande ampleur menée par les supermarchés Carrefour.[1] Dans ce cadre de cette campagne étaient comparés les prix de 500 produits de grandes marques pratiqués dans les magasins Carrefour avec et ceux pratiqués dans les magasins d’enseignes concurrentes, parmi lesquels les magasins Intermarché.

Les écarts de prix étaient favorables à Carrefour. Carrefour avait comparé le prix de ses hypermarchés avec ceux des supermarchés d’Intermarché. Or, cette nuance ne figurait que sur la page d’accueil du site internet de Carrefour en petits caractères.

La question préjudicielle visait à savoir si les comparaisons des prix de produits vendus par des magasins de différente taille étaient licites au regard de la directive 2006/114.[2] La Cour a jugé que ces comparaisons pouvaient également, en principe, stimuler la concurrence. Toutefois, dans certaines circonstances, la différence de taille ou de format des magasins peut fausser l’objectivité de la comparaison. Ainsi, cela est le cas, par exemple, lorsque les magasins font partie d’enseignes qui possèdent chacune une gamme de magasins de taille et de format différents, mais que l’annonceur compare les prix pratiqués dans ses magasins de taille supérieure avec ceux relevés dans les magasins de taille inférieure de ses concurrents, sans que cela apparaisse dans la publicité. Étant donné que les prix des biens de consommation courante sont susceptibles de varier en fonction de la taille du magasin, la comparaison asymétrique peut donner lieu à un écart de prix artificiel important. Les prix ne font dès lors pas l’objet d’une comparaison « objective » au sens de l’article 4 (c) de la directive 2006/114, à tout le moins si le consommateur n’en est pas informé.

Par ailleurs, une telle publicité suscite, lorsque cette méthodologie n’est pas communiquée au concurrent, l’impression que les écarts de prix s’appliquent à tous les magasins de chaque enseigne, ce qui peut influencer le comportement économique du consommateur. Cette nuance constitue dès lors une information essentielle au sens de l’article 7 de la directive 2005/29 [3], qui doit être mentionnée dans le message publicitaire.

 

Notes:

[1] Arrêt du 8 février 2017, Carrefour Hypermarchés v. ITM, C-562/15, EU:C:2017:95.

[2] Directive 2006/114/CE du Parlement européen et du Conseil du 12 décembre 2006 en matière de publicité trompeuse et de publicité comparative, JO 2006 L 376/21.

[3] Directive 2005/29/CE du Parlement européen et du Conseil du 11 mai 2005 relative aux pratiques commerciales déloyales des entreprises vis-à-vis des consommateurs dans le marché intérieur, JO 2005 L 149/22.

Team

Related news

20.05.2020 NL law
Stibbe in Amsterdam answers questions from consumers, small business foundations and NGOs about the coronavirus [updated]

Inside Stibbe - In a special Q&A (in Dutch), lawyers from our Amsterdam office share their legal expertise and strive to provide answers to questions put to us by consumers, self-employed persons, enterprises large and small, foundations and NGOs as a result of the corona crisis.

Read more

12.05.2020 NL law
Kroniek van het mededingingsrecht

Articles - Wat de gevolgen van de coronacrisis zullen zijn voor de samenleving, de economie en – laat staan – het mededingingsbeleid laat zich op het moment van de totstandkoming van deze kroniek niet voorspellen. Wel stond al vast dat het mededingingsrecht zal worden herijkt op basis van de fundamentele uitdagingen die voortvloeien uit zich ontwikkelende ideeën over het belang van industriepolitiek, klimaatverandering en de positie van tech-ondernemingen en de platforms die zij exploiteren.

Read more

18.03.2020 EU law
Stibbe: COVID-19

Short Reads - In view of the developments concerning the coronavirus, we hereby inform you of our business operations and the measures we take to ensure the continuity of our services to you.

Read more

09.12.2019 BE law
Stibbe renforce sa pratique de droit européen et de la concurrence par la venue de Sophie Van Besien en qualité d’associée

Inside Stibbe - Bruxelles, le 9 décembre 2019 –  Stibbe a le plaisir d’accueillir Sophie Van Besien, avocate spécialisée en droit européen, droit de la concurrence et des marchés réglementés, en qualité de nouvelle associée au sein de son cabinet bruxellois. Son expertise permettra d’enrichir les prestations actuelles du cabinet au Benelux et de contribuer au développement de son activité en droit européen et en droit de la concurrence ainsi que des marchés réglementés. Sophie Van Besien rejoint Stibbe ce 9 décembre 2019.

Read more