Articles

L’admissibilité d’une variante libre non autorisée dans le cadre d’un marché soumis à publicité européenne

L’admissibilité d’une variante libre non autorisée dans le cadre d’un marché soumis à publicité européenne

L’admissibilité d’une variante libre non autorisée dans le cadre d’un marché soumis à publicité européenne

16.12.2016 BE law

Lorsqu’une publicité européenne est obligatoire, un soumissionnaire ne peut proposer d’initiative une variante qu’à condition que le dépôt d’une variante libre soit expressément admis dans les documents du marché et que les documents de marché mentionnent les exigences minimales auxquelles doit répondre la variante.

En cas de non-respect de ces conditions, le pouvoir adjudicateur ne peut tenir compte que de l'offre de base et doit écarter la variante proposée pour autant qu’il lui soit possible de les distinguer. A défaut, il devra constater que ce sont, en réalité, deux offres qui lui sont soumises, en violation de l'article 54, § 2, de l’arrêté royal du 15 juillet 2011 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs classiques.

L’article 54, § 2, de l’arrêté royal du 15 juillet 2011 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs classiques dispose qu’« un soumissionnaire ne peut remettre qu’une offre par marché sauf en cas d’éventuelles variantes et de dialogue compétitif. […] ».

La variante est définie comme « un mode alternatif de conception ou d'exécution qui est introduit soit à la demande du pouvoir adjudicateur, soit à l'initiative du soumissionnaire »[1]. Il existe trois types de variante[2] :

  • La variante obligatoire est celle dont l’objet, la nature et la portée sont décrits par les documents de marché et pour laquelle le soumissionnaire doit remettre une offre, outre l’offre de base.
  • La variante facultative est celle dont l’objet, la nature et la portée sont décrits par les documents de marché et pour laquelle le soumissionnaire peut remettre une offre, outre l’offre de base.
  • La variante libre est celle qui est présentée d’initiative par les soumissionnaires pour autant que, selon le cas, elle soit autorisée expressément (en cas de marché soumis à la publicité européenne) ou non exclue (en cas de marché non soumis à la publicité européenne).

Lorsqu’une publicité européenne est obligatoire, un soumissionnaire ne peut proposer d’initiative un mode alternatif d’exécution du marché que pour autant que deux conditions soient réunies. Il faut tout d’abord que le dépôt d’une variante libre soit expressément admis dans les documents du marché. Ensuite, les documents de marché doivent mentionner les exigences minimales auxquelles doit répondre la variante et préciser si celle-ci doit être introduite par une offre distincte ou dans une partie séparée de l’offre.

Lorsque ces conditions ne sont pas respectées, et en particulier lorsqu'aucune variante n'est admise, le pouvoir adjudicateur ne peut tenir compte que de l'offre de base et doit écarter la variante proposée. Cela suppose, toutefois, que l'offre soit présentée d'une telle manière qu'il soit possible au pouvoir adjudicateur de distinguer, parmi les modes d'exécution proposés, celui qui constitue l'offre de base, faute de quoi, il devra constater que ce sont, en réalité, deux offres qui lui sont soumises, en violation de l'article 54, § 2, précité[3].

Dans l’affaire qui a donné lieu à l’arrêt commenté, bien que l’avis de marché (soumis à la publicité européenne) n’autorisait pas le dépôt de variantes, l’un des soumissionnaires – futur attributaire du marché – en avait néanmoins déposé une. Le pouvoir adjudicateur avait toutefois estimé que les règles précitées ne l’obligeaient pas à écarter cette offre dans la mesure où il n’avait tenu aucun compte de la variante.

Le Conseil d’Etat a considéré qu’une telle thèse ne pouvait être suivie « qu'à la double condition que, d'une part, l'offre du futur attributaire permette de distinguer l'offre de base de la variante et que, d'autre part, si tel est le cas, que la solution prise en compte corresponde bien à l'offre de base ». Or, en l'espèce, l'offre litigieuse n'indiquait pas, parmi les deux solutions proposées, laquelle constituait l'offre de base. Le Conseil d’Etat a dès lors considéré que le pouvoir adjudicateur ne pouvait pas, sans violer l’article 54, § 2, de l’arrêté royal du 15 juillet 2011 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs classiques ainsi que le principe d’égalité entre les soumissionnaires, retenir l’offre remise par le soumissionnaire puisqu’il faut en réalité considérer qu’il a remis deux offres.

Lien: C.E. n°236.742 du 13 décembre 2016

Notes de bas de page

  1. Article 2, § 1er, 10°, de l’arrêté royal du 15 juillet 2011 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs classiques.
  2. Article 9 de l’arrêté royal précité.
  3. C.E., arrêts n° 220.460 du 13 août 2012, S.P.R.L. S.H.S. Computer ; n° 215.156 du 15 septembre 2011, Fire Technics et crts ; n° 209.136 du 24 novembre 2010, N.V. Bouwbedrijf VMG-De Cock ; n° 195.256 du 14 juillet 2009, S.A. JC Decaux Belgium Publicité ; n° 182.224 du 22 avril 2008, N.V. CCV Cardfon ; n° 168.573 du 7 mars 2007, S.A. Applied Law Enforcment Expertise ; n° 168.570 du 6 mars 2007, B.V.B.A. Uniform Diffusion.

Related news

10.04.2019 NL law
Casus Lotto c.s.: Aanpassing naam vergunninghouder bij nieuwe rechtsvorm? Let op de eisen van het Unierecht!

Short Reads - De Kansspelautoriteit kan de tenaamstelling van vergunningen voor onder andere Lotto en de Staatsloterij niet zomaar wijzigen als de rechtsvorm van de vergunninghouders verandert. Dit gezien het door het Unierecht gewaarborgde vrije verkeer van diensten en het daaruit voortvloeiende transparantiebeginsel. Dat blijkt uit een viertal uitspraken van de Afdeling bestuursrechtspraak van de Raad van State ("ABRvS") van 13 maart 2019. Wat betekenen deze uitspraken voor de praktijk?

Read more

12.04.2019 NL law
Hoogste Europese rechter bevestigt dat overheden onrechtmatige staatssteun proactief moeten terugvorderen

Short Reads - De maand maart 2019 zal vermoedelijk de juridisch handboeken ingaan als een historische maand voor het mededingings- en staatssteunrecht. Niet alleen deed het Hof van Justitie een baanbrekende uitspraak op het gebied van het verhaal van kartelschade. Het heeft in de uitspraak Eesti Pagar (C-349/17) van 5 maart 2019 belangrijke vragen opgehelderd over de handhaving van het staatssteunrecht op nationaal niveau.

Read more

10.04.2019 NL law
Gevolgen van de Wnra: schorsing voortaan met behoud van loon en de wettelijke verhoging van loonvorderingen

Short Reads - Vanaf het moment dat ambtenaren werkzaam zijn op basis van een arbeidsovereenkomst, worden ook de civielrechtelijke bepalingen ten aanzien van deze overeenkomst van toepassing. Het gevolg is dat de overheidswerkgever en zijn werknemers te maken krijgen met fenomenen die zich in het ambtenarenrecht niet voordoen. Dit geldt bijvoorbeeld voor de mogelijkheid van schorsing zonder behoud van loon, de termijn waarbinnen aanspraak kan worden gemaakt op (ten onrechte niet betaald) loon en de wettelijke verhoging van loonvorderingen.

Read more

10.04.2019 BE law
Acrylamide: zijn frieten ook juridisch schadelijk voor de gezondheid?

Articles - De risico’s door de aanwezigheid van acrylamide in levensmiddelen noopten de EU tot het nemen van risicobeperkende maatregelen. Exploitanten van levensmiddelenbedrijven van bepaalde levensmiddelen (o.a. frieten, chips, koekjes, …) kregen de verplichting om tal van maatregelen te nemen.  De juridische kwalificatie van acrylamide en het regime van deze maatregelen worden in deze blog toegelicht.

Read more

Our website uses functional cookies for the functioning of the website and analytic cookies that enable us to generate aggregated visitor data. We also use other cookies, such as third party tracking cookies - please indicate whether you agree to the use of these other cookies:

Privacy – en cookieverklaring