Short Reads

Suspension de l’arrêté royal sur les cigarettes électroniques

Suspension de l’arrêté royal sur les cigarettes électroniques

Suspension de l’arrêté royal sur les cigarettes électroniques

28.04.2016 BE law

 

Le Conseil d'état1 a suspendu l’Arrêté Royal du 15 février 2016 relatif à la fabrication et à la mise dans le commerce des cigarettes électroniques2. L’AR transposait une partie de la Directive sur les produits du tabac de 20143 en droit belge.

Also available in Dutch.

Cet AR contient, entre autres, des dispositions concernant les ingrédients autorisés et interdits, la présentation du produit, ainsi que les avertissements sanitaires à apposer.

La suspension en extrême urgence s’appuie sur deux considérations. Tout d’abord, le Conseil constate qu’une modification fondamentale a été apportée à l’entrée en vigueur de l’arrêté, et ce alors que la section législation avait déjà rendu un avis sur cet arrêté. Il était ainsi tout d’abord question d’une entrée en vigueur à la date du 19 mai. Cette date ayant été finalement supprimée, l’arrêt royal est dès lors entré en vigueur le 13 mars 2016. Le Conseil d’État constate en outre que le montant de 4000 euros de la redevance, qui doit être payé par chaque fabricant ou importateur lorsqu’il souhaite mettre sur le marché un certain type de cigarette électronique ou de flacon de recharge, est excessif et serait même discriminatoire. 

 

 

 

 

---------------------

 

1 CE 8 avril 2016, nr.234.324.

2 Arrêté royal du 15 février 2016 relatif à la fabrication et à la mise dans le commerce des cigarettes électroniques, MB 3 mars 2016.

3 Directive 2014/40/UE du Parlement européen et du Conseil du 3 avril 2014 relative au rapprochement des dispositions législatives, réglementaires et administratives des États membres en matière de fabrication, de présentation et de vente des produits du tabac et des produits connexes, et abrogeant la directive 2001/37/CE, JO L 127/1.

Team

Related news

26.04.2021 BE law
L’appropriation frauduleuse de listes de clients à des fins de détournement de clientèle constitue une pratique commerciale déloyale et une violation du secret d’affaires

Articles - La Cour d’appel de Gand a jugé que l’appropriation frauduleuse de listes de clients ainsi que l’utilisation de celle-ci constituent un détournement illicite de clients ainsi qu’une violation de l’article XI. 332/4 CDE (secret d’affaires).[1]

Read more

26.04.2021 BE law
L'utilisation illégale de secrets d'affaires obtenus de façon illicite conduit à une injonction temporaire de cesser une activité économique spécifique

Articles - Le président du tribunal d’entreprise de Gand a jugé que l'utilisation de secrets d’affaires obtenus de façon illicite, tels que des informations techniques sur les produits, lorsqu’une personne morale ou physique savait ou aurait dû savoir que ces derniers avaient été obtenus de façon illicite, viole l'article XI.332/4 du Code de droit économique (CDE) et est contraire à la concurrence loyale (article VI.104 CDE).

Read more

26.04.2021 BE law
Openbaarmaking en bedrijfsgeheimen, waar ligt de grens?

Articles - De Voorzitter van de Ondernemingsrechtbank te Brussel, zetelend zoals in kortgeding, heeft geoordeeld dat de openbaarmaking van een geheim productieproces door een ex-werknemer aan een concurrerende onderneming een oneerlijke handelspraktijk uitmaakt (schending van artikel XI.332 van het Wetboek Economisch Recht).[1] 

Read more

26.04.2021 BE law
Violation d’obligation contractuelle et tierce complicité – le juge des cessations peut établir l’existence d’une rupture de contrat

Articles - La Cour de Cassation a confirmé que même si les infractions liées aux pratiques de marché loyales relèvent de la responsabilité extracontractuelle, le juge des cessations, afin d’établir une éventuelle tierce complicité de la violation contractuelle, est compétent pour se prononcer sur l’existence d’une rupture de contrat à laquelle la société tierce a participé.

Read more