Short Reads

Exigence de la mauvaise foi dans les poursuites pénales en matière d’interdiction d’offre conjointe

Exigence de la mauvaise foi dans les poursuites pénales en matière d’interdiction d’offre conjointe

Exigence de la mauvaise foi dans les poursuites pénales en matière d’interdiction d’offre conjointe

28.04.2016 BE law

Par son arrêt du 17 novembre 20151, la Cour d’appel de Gand (chambre correctionnelle) se prononce sur la question de savoir si l’offre d’un voyage à forfait comprenant une assurance annulation forfaitaire à concurrence d’un montant fixe, proposée par Jetair sa, constitue une offre conjointe interdite au sens de l’article VI.82 du CDE.

Also available in Dutch.

 

Comme on le sait, les offres conjointes dont un des éléments au moins constitue un service financier sont interdites, sauf exceptions spécifiques (art. VI. 82 du CDE). La Cour a estimé que les assurances, tant individuelles que collectives, doivent être considérées comme des « services financiers », et ce même si elles sont proposées avec un contrat d’organisation de voyages, sous la forme d’un « package », par un tour-opérateur/intermédiaire de voyages. Selon la Cour, une telle assurance annulation ne constitue pas un « service touristique » au sens de la loi du 16 février 1994 régissant le contrat d'organisation de voyages et le contrat d'intermédiaire de voyages.

L’élément matériel de l’infraction dans le chef de Jetair sa est donc présent. L’interdiction d’une offre conjointe n’est pénalement punissable qu’à partir du moment où l’infraction a été commise de mauvaise foi. La Cour estime que la notion de mauvaise foi n’est pas uniquement le fait de poser sciemment et volontairement l’acte, la portée générale et le caractère spécifique de la législation transgressée doivent également être pris en considération, tout comme d’autres facteurs tels que la perturbation du marché, les distorsions de prix, le libre choix et la protection du consommateur.   

En l’espèce, la Cour reconnaît que le libre choix du client d’un voyage à forfait n’a pas été restreint par la seule offre d’une couverture limitée. En effet, le consommateur peut souscrire une assurance voyage complémentaire ou globale s’il le souhaite. La Cour estime également qu’il n’est pas question d’une distorsion des prix pour autant que le coût de la couverture (à concurrence d’un montant limité) est entièrement supporté par Jetair sa et que le client bénéficie effectivement des avantages d’une couverture gratuite. Par ailleurs, la Cour considère qu’il n’a pas été démontré qu’il serait question d’une perturbation du marché étant donné que l’assurance annulation n’est pas un produit étranger au secteur des voyages. De surcroît, la Cour estime qu’il n’est pas exclu qu’une telle offre soit formulée de manière à ce qu’elle soit conforme aux dispositions légales et qu’il ne puisse dès lors plus être affirmé que l’offre de Jetair sa perturberait le marché des assurances. Enfin, la Cour constate que, compte tenu du fait que cette pratique est bien ancrée dans les habitudes, un consommateur moyen du secteur des voyages ne considérera pas l’offre simultanée d’une assurance annulation (limitée) avec un voyage comme déterminante, de sorte qu’il soit improbable que cela influence sa décision d’achat.  Eu égard à ce qui précède, la Cour est donc d’avis que l’élément moral de l’infraction dans le chef de Jetair nv n’est pas prouvé.

L’on peut également se demander s’il n’était pas question d’un « ensemble » (d’autant plus que la Cour reconnaît que la pratique est entrée dans les habitudes). Dans ce cas, l’offre tomberait sous l’une des exceptions autorisées à l’interdiction.

-----------------------------

1 Gand 17 novembre 2015, 2015/NT/27, non publ.

 

Team

Related news

30.07.2019 BE law
Un matelas descellé et le droit de rétraction

Articles - Dans un arrêt du 27 mars 2019, la Cour de justice a conclu qu’un matelas, dont la protection a été retirée par le consommateur après la livraison de celui-ci et qui a potentiellement été en contact avec un corps humain, ne relève pas de l’exception au droit de rétraction[1] (pour des raisons de protection de la santé ou d’hygiène) prévue à l’article 16, sous e), de la directive 2011/83 relative aux droits des consommateurs[2] (i.e. l’article VI.53 CDE).

Read more

30.07.2019 BE law
Bedrijfsgeheimen en ex-werknemers

Articles - Een vaak voorkomend probleem bij het vertrek van werknemers is de know-how die ze hebben opgebouwd in het bedrijf en meenemen naar een nieuw bedrijf. In welke mate mag hiervan gebruik gemaakt worden?

Read more

30.07.2019 BE law
Des contraintes d’espace dans des publicités dans le cadre des contrats conclus à distance

Articles - Walbusch Walter Busch a inséré dans des journaux et revues un prospectus publicitaire de six pages contenant un bon de commande sous la forme d’une carte postale détachable. Ce prospectus ne contenait pas de formulaire de rétraction[1]. La cessation de la publication du prospectus a été demandée et a été accueillie en première instance mais réformée en appel.

Read more

30.07.2019 BE law
Nouvelle loi sur l’abus de dependance economique, les clauses abusives et les pratiques du marche deloyales entre entreprises

Articles - Par la loi du 4 avril 2019, le législateur belge a réglementé, trois séries de nouvelles pratiques[1] : une interdiction d’abus de dépendance économique (entrée en vigueur prévue le 1er juin 2020) ; une interdiction de clauses abusives dans les relations B2B (entrée en vigueur prévue le 1er décembre 2020 pour des contrats futurs ou modifications ou renouvellements de contrats existants) ; une interdiction de pratiques du marché déloyales (entrée en vigueur prévue le 1er septembre 2019).

Read more

30.07.2019 BE law
Ontzegelde matras en het herroepingsrecht

Articles - In een arrest van 27 maart 2019 concludeerde het Hof van Justitie dat een matras, waarvan de beschermfolie door de consument na ontvangst werd verwijderd en die mogelijk in contact is geweest met een menselijk lichaam, geen uitzondering uitmaakt op het herroepingsrecht[1] (om redenen van gezondheidsbescherming of hygiëne) zoals bedoeld in artikel 16, onder e), van Richtlijn 2011/83 betreffende consumentenrechten[2] (dwz artikel VI. 53 WER).

Read more

Our website uses functional cookies for the functioning of the website and analytic cookies that enable us to generate aggregated visitor data. We also use other cookies, such as third party tracking cookies - please indicate whether you agree to the use of these other cookies:

Privacy – en cookieverklaring