LLe régime des jours fériés pour les collaborateurs en chômage temporaire

Article
BE Law
Depuis le début de la crise du Covid-19, de nombreuses entreprises ont placé leurs collaborateurs en chômage temporaire. Ceux-ci perçoivent une allocation de chômage à charge de l’ONEM pour les jours de suspension de l’exécution du contrat de travail. Qu’en est-il exactement des jours fériés ? L’employeur doit-il les prendre en charge ou bien sont-ils couverts par les allocations de chômage ?

La réglementation relative aux jours fériés est, à ce sujet, claire. Lorsque le contrat est suspendu par l’effet d’un cas de force majeure, le travailleur conserve le droit à la rémunération pour chaque jour férié survenant dans les 14 jours prenant cours à dater de la suspension du contrat pour force majeure.

Concrètement, si l’employeur applique le régime de chômage temporaire pour cause de force majeure, la réponse dépendra de la date à partir de laquelle le régime de chômage a pris cours :

  • Si le chômage a pris cours à partir du 31 mars, l’employeur devra payer la rémunération du 13 avril 2020 ;
  • Si le chômage a pris cours avant le 31 mars 2020, l’employeur ne devra pas payer la rémunération du jour férié.
  • Tout travailleur qui a repris – au moins en partie – le travail à partir du 31 mars 2020, aura droit à la rémunération du jour férié à charge de l’employeur. 

Pour les ouvriers mis en chômage temporaire pour motif économique, la règle ci-dessus ne s’applique pas.  L’employeur doit payer le jour férié, le cas échéant, diminué des cotisations sociales.

Pour toute question, n’hésitez pas à prendre contact avec notre équipe.

En savoir plus sur le coronavirus

Vous pouvez lire plus de publications sur l'impact du coronavirus sur notre site web. Ici vous trouverez également une liste de contacts au sein de notre cabinet qui peuvent vous conseiller sur les implications du coronavirus pour votre entreprise.

This article provides some general insights on different legal questions. These insights do not constitute legal advice and may not be relied upon as if they were legal advice. The outcome of any legal analysis will strongly depend both on the specific facts and circumstances of each case and on the particularities of the sector and legal relationship involved. Our legal experts in the various domains concerned are available to assist you with the analysis of your questions and provide specific advice tailored to your case and circumstances.