Articles

Le chômage temporaire est-il antidote au coronavirus?

Coronavirus et chômage

Le chômage temporaire est-il antidote au coronavirus?

28.02.2020 BE law

L’ONEM a confirmé que les employeurs peuvent, dans certaines situations, mettre des travailleurs en chômage temporaire pour force majeure en raison du coronavirus.

Le chômage temporaire pour force majeure peut être demandé par les employeurs dont les travailleurs sont empêchés de travailler en raison d’une interdiction de travailler ou de se déplacer imposée par les autorités belges ou étrangères, voire ceux dont l’activité est entravée par les conséquences du virus.

Ainsi, l’ONEM accepte le chômage temporaire pour force majeure dans les cas suivants :

  • Le travailleur mis en quarantaine suite à son rapatriement en Belgique, ou les travailleurs contraints de rester en quarantaine à l’étranger (par exemple coincés dans un hôtel mis en isolement car foyer du virus), ou les travailleurs qui n’ont pas la possibilité de se déplacer vers la Belgique (par exemple suite à une interdiction de vol) parce qu’il a séjourné en Chine ou dans un autre pays touché par le coronavirus ;
  • L’employeur peut, également, mettre en chômage temporaire pour force majeure ses travailleurs si l’entreprise souffre des conséquences du coronavirus en Chine ou dans d’autres pays, par exemple parce qu’elle dépend de fournisseurs issus d’une région affectée.

En revanche, l’ONEM ne reconnait pas le chômage temporaire pour force majeure lorsqu’il s’agit de mesures préventives. Le travailleur qui revient de Chine ou d’un autre pays touché par le coronavirus, ou le travailleur qui a été en contact avec une personne qui vient d’une zone infectée, ne peut pas être mis en chômage temporaire pour force majeure s’il n’y a pas d’indices concrets d’un danger de contagion. L’ONEM n’interviendra donc normalement pas si le travailleur est placé en quarantaine à des pures fins de précaution, sans qu’aucun indice concret ne révèle une contamination. 

S’il apparait que le travailleur est contaminé et que l’employeur est obligé, par les autorités, d’assigner les membres du personnel à résidence, le chômage temporaire pour force majeure peut être demandé.

En pratique, l’employeur doit suivre la procédure habituelle de demande de chômage temporaire pour force majeure et mentionner « CORONAVIRUS » comme motif de force majeure.

Le chômage temporaire pour force majeure dans les circonstances décrites ci-avant est accepté jusqu’au 31 mars 2020 (mais cette période pourrait être prolongée).

Les entreprises souffrant d’une diminution de leur clientèle en raison du virus (par exemple des commerces alimentaires chinois, des restaurants chinois, des agences de voyage, des compagnies aériennes, etc.) devront plutôt recourir au chômage temporaire pour raisons économiques. Notez que pour recourir au chômage temporaire pour raisons économiques pour les employés, il faut que l’entreprise réponde déjà aux conditions préliminaires pour l’introduction de chômage temporaire pour raisons économiques pour employés ou qu’elle introduise une demande à cet effet auprès du Ministre de l’Emploi.

Ne cédons pas à la panique. Pour toutes les mesures à prendre, nous renvoyons au site du SPF Santé Publique, sécurité de la chaîne alimentaire et environnement.

Pour toute question relative au chômage, l’ONEM a émis une page dédiée à cette problématique.

Pour toute question juridique, nous sommes à votre disposition.

Team

Related news

10.08.2020 NL law
Het NOW register: openbaarmaking van gegevens van ontvangers van de NOW-subsidie

Short Reads - Het UWV heeft op verzoek van de minister van Sociale Zaken en Werkgelegenheid een register gepubliceerd met informatie over werkgevers die de NOW-1 subsidie hebben ontvangen. De publicatie van dit register komt niet geheel als een verrassing. De NOW-1 bevat immers een bijzondere bepaling over openbaarmaking van de desbetreffende gegevens.

Read more

29.07.2020 NL law
Over temperaturen ten tijde van corona

Articles - Met haar standpunt ten aanzien van het meten van temperaturen van werknemers, geeft de Autoriteit Persoonsgegevens (AP) verduidelijking over de reikwijdte van haar toezicht. Deze nuancering houdt in dat, als er geen sprake is van verwerking van persoonsgegevens, de AVG niet geldt en de AP dus niet handhavend kan optreden.

Read more

28.07.2020 BE law
Adoption de mesures complémentaires de soutien pour les entreprises en difficulté ou en restructuration

Articles - Si certains employeurs peuvent affronter la crise actuelle en mettant en œuvre un régime de chômage temporaire – consistant soit en une suspension complète du contrat de travail ou en une suspension partielle et partant à l’application d’une réduction du temps de travail – d’autres employeurs sont contraints de procéder à des licenciements.  Des mesures complémentaires de soutien ont été adoptées afin de compenser la diminution des activités par une réduction du temps de travail, permettant ainsi de faire baisser le coût du travail sans devoir procéder à des licenciements.

Read more

16.07.2020 NL law
Beroep op i-grond verworpen: i-grond niet bedoeld als reparatiegrond (annotatie)

Articles - Sinds begin dit jaar het startschot werd gegeven met de eerste uitspraak van de Rechtbank Noord-Holland (JAR 2020/60, m.nt. A.M. Helstone) voor jurisprudentie over de i-grond, is tot nu toe in geen enkele gepubliceerde uitspraak een ontbindingsverzoek op basis van de cumulatiegrond toegewezen. De belangrijkste reden voor afwijzing in de tot nu toe gepubliceerde i-grond-rechtspraak is doorgaans dat de werkgever heeft nagelaten om een zelfstandige onderbouwing te geven voor de i-grond, los van de andere aangevoerde ontslaggronden.

Read more