Short Reads

Impact du coronavirus sur les elections sociales

Impact du coronavirus sur les elections sociales

Impact du coronavirus sur les elections sociales

28.04.2020 BE law

Les élections sociales qui ont lieu tous les 4 ans devaient se tenir du 11 au 24 mai 2020. Les élections sociales sont l’aboutissement d’une procédure longue de 150 jours, c’est-à-dire d’une procédure ayant formellement démarré le 13 décembre 2019. Dès l’entame de la crise dite Covid-19, il était devenu clair que les élections sociales ne pourraient se tenir normalement en mai 2020.

Les partenaires ont rapidement conclu un accord sur le sujet, convenant d’un report de la date des élections sociales. Une loi a été adoptée le 23 avril 2020 afin de formaliser cet accord et d’en préciser les modalités de mise en œuvre.

  1. La procédure des élections sociales est bien suspendue. Cette suspension sort ses effets pour toutes les opérations à compter de X+36. La dernière étape ayant eu lieu conformément au calendrier initial est donc la communication des listes de candidat.e.s par les différentes organisations syndicales.
  2. La loi ne fixe pas de nouvelle date pour les élections sociales, vu les nombreuses incertitudes actuelles. La nouvelle date des élections sera déterminée ultérieurement, sur avis du Conseil national du travail.
  3. Il est fait abstraction de la période de suspension pour déterminer les conditions d’électorat des travailleurs intérimaires. Leur occupation durant la période de suspension n’est donc pas prise en compte.
  4. Il est également fait abstraction de cette suspension pour déterminer les conditions d’éligibilité. Celle-ci est déterminée sur la base de la date des élections initiale.
  5. Les Conseils d’entreprise et Comités pour la prévention et la protection au travail existants continuent de fonctionner jusqu’à la date d’installation du prochain organe élu dans le cadre de cette procédure reportée.
  6. Cette suspension a un effet sur la protection contre le licenciement des candidat.e.s. En principe, la protection contre le licenciement est intégralement maintenue durant la période de suspension. Des exceptions à ce principe sont toutefois prévues dans des cas bien spécifiques.
  7. Ce principe fait l’objet d’exceptions :
  • Pour les candidat.e.s aux élections de 2016 : si l’effectif pour le renouvellement du Conseil d’entreprise ou du Comité n’est pas atteint, ceux-ci restent protégés jusqu’au terme d’une période de 6 mois prenant cours le 1er jour de la nouvelle période prévue pour les élections sociales (en replacement du 11 mai 2020) ;
  • Une protection rétroactive est prévue en faveur des travailleurs dont la candidature sera présentée – après la suspension – en remplacement des candidat.e.s déjà présenté.e.s., suite à une réclamation, ou à la suite du décès, de la démission, du changement de catégorie, ou de la démission du candidat/ de la candidate de l’organisation syndicale qui a présenté sa candidature. La protection court de X-30 à X+35 suivant le calendrier initial, et ensuite du 36e jour précédant la reprise de la procédure électorale jusqu’à la date d’installation. En d’autres termes, les travailleurs ne sont a priori pas protégés jusqu’au 16 août 2020 y compris si l’on considère que la procédure ne redémarrera pas avant le 22 septembre 2020 vu la première date suggérée par les partenaires sociaux pour la tenue des élections sociales.
  1. Si le travailleur protégé a été licencié en violation de la procédure, l’indemnité de protection à laquelle il peut prétendre est composé i) d’une partie fixe, de 2, 3 ou 4 ans selon que le travailleur a respectivement moins de 10 ans, entre 10 et 20 ans, ou plus de 20 ans d’ancienneté dans la société, et de ii) la rémunération entre la date de licenciement et la date d’installation des prochains élus. Si le candidat n’est plus présenté dans le cadre des élections sociales de 2020, la loi prévoit une différence selon que le licenciement soit intervenu avant le 17 mars 2020, ou à partir du 17 mars 2020. Si le licenciement a eu lieu avant le 17 mars 2020, la rémunération jusqu’à la date d’installation est calculée comme si la date initiale des élections avait été maintenue, en tenant compte d’une date d’installation fictive (45 jours après la date des élections). Si le licenciement a lieu à partir du 17 mars 2020, il est tenu compte de la date d’installation effective.

Pour toute question sur le sujet, n’hésitez pas à nous contacter.

En savoir plus sur le coronavirus

Vous pouvez lire plus de publications sur l'impact du coronavirus sur notre site web. Ici vous trouverez également une liste de contacts au sein de notre cabinet qui peuvent vous conseiller sur les implications du coronavirus pour votre entreprise.

This article provides some general insights on different legal questions. These insights do not constitute legal advice and may not be relied upon as if they were legal advice. The outcome of any legal analysis will strongly depend both on the specific facts and circumstances of each case and on the particularities of the sector and legal relationship involved. Our legal experts in the various domains concerned are available to assist you with the analysis of your questions and provide specific advice tailored to your case and circumstances.

Team

Related news

03.05.2021 NL law
De overheid behoeft de besten, maar krijgt zij die nog wel?

Short Reads - ‘De overheid behoeft de besten; zij moet aantrekken en opkweken de bekwaamsten onder de jongeren; haar mensen moeten het in kennis maar ook in levenshouding en beschaving kunnen opnemen tegen de leidende figuren uit de maatschappij; het zou noodlottig zijn voor de publieke zaak, zo de overheid zich tevreden zou stellen met degenen, die elders niet aan de slag konden komen of mislukten.’ (C.H.F. Polak 1957, geciteerd in NJB 2018/1044)

Read more

21.04.2021 NL law
Voorschotbepaling (NOW-1) en peildatumbepaling (NOW-2) zijn niet in strijd met het evenredigheidsbeginsel (annotatie)

Short Reads - In deze annotatie bespreken Jan Reinier van Angeren en Sandra Putting de eerste uitspraak van de Centrale Raad van Beroep (CRvB) over de NOW. In de uitspraak van 8 januari 2021 oordeelt de CRvB dat de voorschotbepaling uit de NOW-1 en de peildatumbepaling uit de NOW-2 niet in strijd zijn met het evenredigheidsbeginsel. De CRvB ziet daarom geen aanleiding de bepalingen in het voordeel van de desbetreffende werkgever buiten toepassing te laten. In de annotatie gaan Jan Reinier en Sandra in op een aantal bestuursrechtelijke aspecten van de NOW-subsidieregeling en de CRvB-uitspraak.

Read more

20.04.2021 NL law
Podcast: 'de NOW en faillissementen'

Short Reads - Wat gebeurt er als werkgevers die gebruikmaken van de NOW failliet gaan? Wat kunnen de curator en het UWV doen? En wat gaat er gebeuren als de overheid de NOW afbouwt of stopt? In de vierde en tevens laatste aflevering van een podcastserie over de NOW geven advocaat bestuursrecht Sandra Putting en Job van Hooff gespecialiseerd in het insolventierecht antwoord op deze en andere vragen over de NOW en de faillissementen.

Read more

13.04.2021 NL law
Podcast: 'de NOW en de accountantscontrole'

Short Reads - Waarom is de accountant zo belangrijk bij het verkrijgen van NOW-subsidie? Waar let hij of zij op bij de controle of de subsidievoorwaarden zijn nageleefd? En, wat als je als werkgever het niet eens bent met de uitkomst van de controle? In de derde aflevering van een vierdelige podcastserie over de NOW geven Luuk van de Sandt en Steven Hijink - beiden advocaat gespecialiseerd in het jaarrekeningenrecht - antwoord op deze en andere vragen over de NOW en de accountantscontrole.  

Read more