Articles

Le conseil de la publicité émet des recommandations en matière d’influenceurs en ligne

Raad voor reclame vaardigt aanbevelingen uit voor online influencers

Le conseil de la publicité émet des recommandations en matière d’influenceurs en ligne

09.01.2019 BE law

En octobre 2018, le Conseil de la publicité a émis des recommandations en matière d’influenceurs en ligne. Ces dernières années, les influenceurs en ligne ont connu un succès grandissant et exercent une grande influence, (essentiellement) sur les (jeunes) consommateurs. Selon le Conseil, il est parfois très difficile pour les consommateurs, et certainement pour les jeunes gens, de déterminer si l’influenceur exprime son avis personnel ou fait passer le message d’une entreprise.

Ces recommandations doivent protéger le consommateur et aider les influenceurs en ligne (ou toute autre personne utilisant cette méthode) à respecter correctement les règles en matière de publicité.

En essence, toute communication commerciale doit être claire et reconnaissable en tant que telle. En outre, la communication doit également être honnête. [1]

Cela signifie que les influenceurs en ligne, lorsqu’ils n’expriment pas leur propre avis, mais font la promotion des services ou des biens d’une entreprise contre rétribution, doivent signaler clairement que le message en question doit être considéré comme une communication commerciale. Cela peut, notamment, se faire par l’utilisation du terme publicité, annonce ou sponsoring ou en utilisant des hashtags tels que #spon, #pub, #prom, #adv, #sample. En outre, la langue du message doit être adaptée au public cible. Par ailleurs, ces termes doivent être visibles (et ne peuvent donc pas être cachés) ; ils doivent être également mentionnés au bon endroit et de manière adéquate afin que le public cible comprenne immédiatement quelle est la nature de la communication.

Le Jury d’éthique publicitaire (organe d’autodiscipline du secteur publicitaire belge ou ‘JEP’) vérifie si les influenceurs respectent les recommandations. Il peut recevoir et traiter des plaintes. Vous trouverez un exemple dans notre bulletin d’information du 17.04.2018.[2]

Le Conseil pour la publicité est une organisation professionnelle qui réunit toutes les professions de la communication, celles-ci sont représentées par leurs les associations respectives.

Notes de bas de page

  1. Consultable sur https://www.jep.be/sites/default/files/rule_reccommendation/recommandations_du_conseil_de_la_publicite_influenceurs_en_ligne_fr.pdf  (dernière visite 14 décembre  2018).

Related news

26.04.2021 BE law
L’appropriation frauduleuse de listes de clients à des fins de détournement de clientèle constitue une pratique commerciale déloyale et une violation du secret d’affaires

Articles - La Cour d’appel de Gand a jugé que l’appropriation frauduleuse de listes de clients ainsi que l’utilisation de celle-ci constituent un détournement illicite de clients ainsi qu’une violation de l’article XI. 332/4 CDE (secret d’affaires).[1]

Read more

26.04.2021 BE law
L'utilisation illégale de secrets d'affaires obtenus de façon illicite conduit à une injonction temporaire de cesser une activité économique spécifique

Articles - Le président du tribunal d’entreprise de Gand a jugé que l'utilisation de secrets d’affaires obtenus de façon illicite, tels que des informations techniques sur les produits, lorsqu’une personne morale ou physique savait ou aurait dû savoir que ces derniers avaient été obtenus de façon illicite, viole l'article XI.332/4 du Code de droit économique (CDE) et est contraire à la concurrence loyale (article VI.104 CDE).

Read more

26.04.2021 BE law
Openbaarmaking en bedrijfsgeheimen, waar ligt de grens?

Articles - De Voorzitter van de Ondernemingsrechtbank te Brussel, zetelend zoals in kortgeding, heeft geoordeeld dat de openbaarmaking van een geheim productieproces door een ex-werknemer aan een concurrerende onderneming een oneerlijke handelspraktijk uitmaakt (schending van artikel XI.332 van het Wetboek Economisch Recht).[1] 

Read more

26.04.2021 BE law
Violation d’obligation contractuelle et tierce complicité – le juge des cessations peut établir l’existence d’une rupture de contrat

Articles - La Cour de Cassation a confirmé que même si les infractions liées aux pratiques de marché loyales relèvent de la responsabilité extracontractuelle, le juge des cessations, afin d’établir une éventuelle tierce complicité de la violation contractuelle, est compétent pour se prononcer sur l’existence d’une rupture de contrat à laquelle la société tierce a participé.

Read more