Neodyum Miknatis
maderba.com
implant
olabahis
Casino Siteleri
canli poker siteleri meritslot
escort antalya
istanbul escort
sirinevler escort
antalya eskort bayan
brazzers
Articles

Coups de fil mécontents = dénigrement ?

Misnoegde telefoontjes = slechtmaking?

Coups de fil mécontents = dénigrement ?

09.01.2019 BE law

L’affaire concerne le litige entre G. et son (ancien) sous-traitant, qui a éclaté lorsque G a mis fin au contrat pour des travaux déterminés. Le sous-traitant question aurait effectivement mis fin aux travaux. G a alors contacté un autre sous-traitant, l’entreprise S, afin qu’elle poursuive lesdits travaux.

Le Président a tout d’abord répété que l’on doit entendre par dénigrement [traduction libre] « une attaque particulièrement néfaste réalisée ou mise en œuvre à l’encontre d’une entreprise, par laquelle il est porté atteinte à la réputation de ladite entreprise ou à la réputation des produits ou des services fournis par l’entreprise, par un acte calomnieux ou diffamatoire. » Le droit à la liberté d’expression ne fait pas obstacle au fait que l’information diffusée dans le domaine commercial doive être objective, correcte, pertinente et exhaustive. [1]

En l’espèce, le dénigrement consistait, notamment, en plusieurs coups de fil mécontents, donnés par l’ancien sous-traitant à l’entreprise S (nouveau sous-traitant), ainsi qu’au maître d’œuvre des travaux en question :

  • L’ancien sous-traitant a signalé à l’entreprise S que l’huissier de justice allait passer pour mettre sous scellé le chantier en vue de saisir tout le matériel s’y trouvant. Cette allégation n’était pas conforme à la vérité. Toutefois, vu que S voulait éviter tout risque, il a décidé de ne pas conduire ses grues – sur le chantier, -à la suite de quoi les travaux de G ont subi un retard. Le Président a estimé qu’en l’espèce, il y avait dénigrement : l’ancien sous-traitant a posé un acte contraire aux pratiques de marché loyales dans le seul et unique but de porter préjudice à G.

  • En ce qui concerne le maître d’œuvre, l’ancien sous-traitant a commencé par lui exprimer son mécontentement quant à la rupture de la collaboration contractuelle. Le Président a estimé que, vu que le maître d’œuvre n’était pas un tiers inconnu dans cette histoire, mais qu’il y était également indirectement impliqué, il n’était pas question de dénigrement. On ne pouvait pas en déduire que l’on avait téléphoné à n’importe qui dans une intention malicieuse. En outre, l’ancien sous-traitant a toutefois également prétendu que G ne respectait pas ses obligations contractuelles. Cette communication dénuée de tout fondement a été, en revanche, bel et bien considérée comme une atteinte à la réputation de G et est donc considérée comme du dénigrement.

Ce jugement confirme que, pour qu’il y ait dénigrement, il suffit de quelques coups de fil mécontents, même individuels. Les déclarations des destinataires de ces coups de fil (S et le maître d’œuvre) ont été estimées crédibles par le Président, -à la suite de quoi/ et par conséquent les affirmations ont été considérées établies. Il n’était d’ailleurs pas question d’intérêt contradictoire dans leur chef.

Notes de bas de pages
  1. Prés. Tribunal de commerce d'Anvers, 12 septembre 2018, A/18/04833, non publié.

Related news

07.01.2021 NL law
Do the math: ACM publishes strategy on monitoring use algorithms

Short Reads - The ACM worries that the use of algorithms may lead to the creation of cartels, or nudge consumers towards a purchasing decision that is not in their best interest. Therefore, on 10 December 2020, it published a new policy document (in Dutch) setting out what businesses can expect when the ACM checks their algorithms. On the same day, the ACM also launched a trial with online music library Muziekweb to improve the ACM’s knowledge about the categories of data that are likely to be relevant in such investigations. All signs indicate the ACM’s intention to become more active in this area.

Read more

05.11.2020 NL law
This article has FIVE stars! New Dutch consumer rules to curb fake reviews

Short Reads - Consumers often rely on online reviews to decide what bike to buy, where to eat or what article to read. But what if those reviews are fake? New Dutch rules were announced on 23 October 2020 seeking to ensure a higher level of consumer protection online. These rules mean more obligations for online traders, and potentially high fines if they get it wrong. For example, traders should implement procedures to ensure that published reviews originate from consumers who have genuinely used the product.

Read more

03.11.2020 BE law
Winkelketen Inno haalt na een decennium officieel zijn gelijk: sperperioderegeling (oude wet marktpraktijken) onwettig

Articles - Doorheen de jaren is er al veel inkt gevloeid over de wettigheid van de sperperioderegeling (verbod op prijsverminderingen tijdens de sperperiode) in het licht van Richtlijn 2005/29/EG1  (“Richtlijn oneerlijke marktpraktijken”)2 in de zaak Inno/Unizo. Het arrest van 3 februari 2020 van het Hof van Beroep te Gent lijkt hier een definitief einde aan te maken.3

Read more

03.12.2020 NL law
The next 5 years: European Commission launches New Consumer Agenda

Short Reads - Despite the ongoing COVID-19 pandemic, the European Commission is already looking ahead to set its consumer protection priorities for the next five years. Key points in the New Consumer Agenda include equipping consumers with better information on product sustainability, digital transformation, effective enforcement, safety concerning products ‘made in China’ and protecting particularly vulnerable consumers such as children, older people or those with disabilities. The New Consumer Agenda is a follow-up to the 2018 New Deal for Consumers.

Read more