Articles

Quelles démarches lors d’une modification sur une installation classée ?

Quelles démarches lors d’une modification sur une installation classée ?

18.09.2017 BE law

En Région wallonne et en Région bruxelloise, les démarches ne sont pas les mêmes lorsque l’on envisage de modifier ou d’étendre l’installation classée que l’on exploite. En Wallonie, la modification fera l’objet d’une demande de nouveau permis d’environnement ou sera simplement inscrite dans un registre par l’exploitant. A Bruxelles, la modification devra faire l’objet d’une notification préalable auprès du collège des bourgmestre et échevins ou de l’IBGE, qui décidera si l’introduction d’une demande de nouveau permis d’environnement est nécessaire.  

Dans la pratique, les entreprises qui exploitent des installations classées sont souvent amenées à apporter des changements à leur exploitation au fil du temps : elles souhaitent, par exemple, augmenter la capacité ou la puissance de l’une ou l’autre installation ou en ajouter une nouvelle. Dans ce cadre, la question se pose alors des démarches à entreprendre afin de ne pas se trouver en situation d’infraction par rapport au permis d’environnement existant et à la législation en vigueur.

En Région wallonne

L’article 10, § 1er, 2° du décret du 11 mars 1999 relatif au permis d’environnement prévoit qu’un nouveau permis d’environnement est nécessaire en cas de transformation ou d'extension d'un établissement de classe 1 ou de classe 2 :

  1. lorsqu'elle entraîne l'application d'une nouvelle rubrique de classement autre que de classe 3
  2. lorsqu'elle est de nature à aggraver directement ou indirectement des dangers, nuisances ou inconvénients à l'égard de l'homme ou de l'environnement
  3. ou lorsqu'elle fait atteindre les seuils de capacité fixés par le Gouvernement.

Pour les points a) et c), il s’agirait, par exemple, respectivement :

  • d’une imprimerie de journaux lorsque la quantité d’encre utilisée passe d’un montant supérieur à 100 litres/jour ou inférieur ou égal à 500 litres/jour (rubrique 22.21.02 – classe 2) à un montant supérieur à 500 litres/jour (rubrique 22.21.03 – classe 1),
  • et d’une installation d'incinération des déchets lorsqu’elle traite des déchets non dangereux avec une capacité supérieure à 3 tonnes par heure ou lorsqu’elle traite des déchets dangereux avec une capacité supérieure à 10 tonnes par jour.

L’aggravation des dangers, nuisances ou inconvénients repose, quant à elle, sur une appréciation in concreto de la situation, il faudra tenir compte de la localisation de l’établissement, du voisinage, de la configuration des lieux, de l’importance de la modification, des conditions imposées dans le permis initial. Il est donc difficile d’en donner un exemple concret.

L’article 10, § 2 précise que les transformations ou extensions d’un établissement de classe 1 ou 2, qui ne nécessitent pas de nouvelle demande de permis d’environnement (conformément au § 1er), mais qui affectent  le descriptif ou les plans annexés au permis, doivent être consignées dans un registre par l’exploitant. 

L’exploitant est tenu d’envoyer chaque année une copie de la liste des transformations ou extensions de l'établissement intervenues au fonctionnaire technique et au collège des bourgmestre et échevins de la commune (article 110 de l’arrêté du Gouvernement wallon du 4 juillet 2002 relatif à la procédure et à diverses mesures d'exécution du décret du 11 mars 1999 relatif au permis d'environnement). A cette occasion, l’une de ces autorités pourrait requérir qu’un nouveau permis d’environnement soit demandé, si elle devait considérer que la transformation effectuée aggrave, en réalité, les dangers nuisances ou inconvénients à l’égard de l’homme ou de l’environnement (ou qu’elle implique l’application d’une nouvelle rubrique de classement). 

Si l’application d’une nouvelle rubrique ou le dépassement d’un seuil de capacité est facilement identifiable par l’exploitant, l’aggravation des dangers, nuisances ou inconvénients repose sur une appréciation foncièrement subjective. La prudence sera donc de mise.

L’article 10 s’applique de la même manière à une installation qui serait couverte par un permis unique, à quelques nuances près. En fonction de son impact sur le volet urbanistique et/ou environnemental, la modification pourrait impliquer l’introduction d’une demande de permis unique.  

En Région bruxelloise

L’article 7bis de l’ordonnance du 5 juin 1999 relative au permis d’environnement prévoit que préalablement à toute transformation ou extension d'une installation autorisée par un permis d'environnement, ou de plusieurs installations formant ou non une unité technique et géographique d'exploitation autorisées par un permis d'environnement, l'exploitant notifie son intention au collège des bourgmestre et échevins si le permis, ainsi que la transformation ou l'extension, portent sur une ou des installations de classe II ou de classe III, à l'exclusion des permis visés à l'article 14 ou à l'IBGE dans tous les autres cas. 

L'autorité dispose alors d’un délai de 30 jours pour déterminer si une demande de permis doit être introduite, si les conditions du permis doivent être modifiées, ou si l'exploitant peut procéder à la transformation ou à l'extension. A défaut de recevoir une telle décision dans ce délai, l'exploitant peut procéder à la transformation ou à l'extension (sauf s’il s’agit de la mise en exploitation d'une ou de plusieurs installations de classe IA ou IB, auquel cas une demande de permis d'environnement doit être introduite).

L'autorité impose l'introduction d'une demande de permis :

  • si la transformation ou l'extension entraîne l'application d'une rubrique d'une classe supérieure par rapport à celle du permis initial,
  • ou est de nature à aggraver substantiellement les nuisances ou inconvénients de la ou des installations couvertes par le permis.

L'autorité peut également décider que les conditions d'exploitation du permis doivent être modifiées si la transformation, l'extension ou la remise en exploitation sont de nature à aggraver de manière non substantielle les nuisances ou inconvénients générés par l'exploitation de l'installation couverte par le permis.

Team

Related news

23.11.2017 EU law
The precautionary principle: outdated protection against authorized GMOs?

Articles - Member States must not - on the sole basis of the precautionary principle - adopt national emergency measures prohibiting certain authorised genetically modified organisms (GMOs). This was decided by the EU Court of Justice in the recent Fidenato case. While such a decision ensures a harmonized approach to GMO regulation, it undermines the possibility for Member States to prohibit the cultivation of already-authorized genetically modified crops for which there is no new scientific evidence.

Read more

10.11.2017 BE law
Brussel hertekent stedenbouwkundig landschap (DEEL 2: VERGUNNINGEN)

Articles - Met een grondige facelift van de bestaande regels in het Brussels Wetboek Ruimtelijke Ordening (BWRO), wil het Brussels Gewest projectontwikkeling flexibeler maken en sneller doen vooruitgaan. Het Brussels parlement heeft de hervorming van het BWRO op 13 oktober 2017 goedgekeurd.  Een aantal nieuwigheden lijken overgewaaid uit de Brusselse regels inzake milieuvergunningen en uit het Vlaamse Gewest. Hierna een overzicht van hetgeen u zeker niet mag missen.

Read more

15.11.2017 BE law
Hof van Cassatie trekt streep door eerste schadevergoeding toegekend door Raad van State

Articles - Opdat aan de Raad van State een ontvankelijk verzoek tot schadevergoeding zou kunnen worden gericht, is onder meer vereist dat er een arrest voorligt waarin de Raad van State de onwettigheid van een handeling vaststelt. Het Hof van Cassatie verduidelijkt in een arrest van 15 september 2017 wat moet worden begrepen als een "arrest waarbij de onwettigheid wordt vastgesteld". Een arrest dat de intrekking vaststelt, valt er volgens het Hof niet onder.

Read more

14.11.2017 NL law
7 December 2017: Anna Collignon and Marleen Velthuis give a lecture about administrative and criminal enforcement action under environmental law

Speaking slot - On 7 December, lawyers Anna Collignon (administrative law) and Marleen Velthuis (criminal law) will give a lecture at the University of Amsterdam (UvA) about the possible enforcement action that companies could face under environmental law. They will  focus on the area where administrative supervision turns into a criminal investigation and provide insight into the different rules and obligations for each stage of the investigation.

Read more

07.11.2017 BE law
De Codextrein: hoe zit dat nu? Een stand van zaken

Articles - De Codextrein nadert het eindstation met (opnieuw) enkele extra wagonnetjes. Over de eerste reeks van extra amendementen werd het advies van de afdeling Wetgeving van de Raad van State ingewonnen. Dit alles had vandaag moeten worden besproken in de bevoegde Commissie van het Vlaams Parlement. Gelet op het laattijdig ontvangen van een tweede reeks van nieuwe amendementen (ter antwoord op de bezorgdheden van de afdeling Wetgeving van de Raad van State), werd de behandeling in de Commissie met één week uitgesteld.

Read more

Our website uses cookies: third party analytics cookies to best adapt our website to your needs & cookies to enable social media functionalities. For more information on the use of cookies, please check our Privacy and Cookie Policy. Please note that you can change your cookie opt-ins at any time via your browser settings.

Privacy and Cookie Policy