Articles

Une publicité licite peut devenir illicite sous le nez d’un concurrent

Stibbe - Unfair competition and consumer protection - Update sept 2018

Une publicité licite peut devenir illicite sous le nez d’un concurrent

26.09.2018 BE law

Le 7 mai 2018, la Cour d’appel de Gand[1] a de nouveau précisé un certain nombre de circonstances pouvant amener à considérer l’exercice de la liberté du commerce et de la concurrence comme une pratique commerciale illicite. La liberté de concurrence implique en principe la liberté de faire de la publicité et de débaucher une clientèle. Ces pratiques commerciales sont seulement susceptibles de devenir illicites à partir du moment où elles s’accompagnent de circonstances spécifiques et aggravantes.

 

 

L’affaire portée devant la Cour d’appel de Gand concernait des courtiers en assurances concurrents. Bien que les parties défenderesses aient leur siège d’exploitation ailleurs, elles stationnaient constamment leurs deux camionnettes et une remorque publicitaires au siège social de l’une d’entre elles, situé tout près du siège social de la partie demanderesse. La légalité du message publicitaire même n’a pas été contestée. Ceci étant, les véhicules étaient clairement visibles à la sortie et dans la salle d’attente du commerce de la partie demanderesse.   

La Cour a estimé que la publicité menée ainsi et la (tentative de) débauchage de clientèle était, en l’espèce, illégale en raison des circonstances accompagnantes. Pour arriver à ce constat, la Cour a pris plusieurs éléments en considération : (i) les parties défenderesses n’ont pas démontré qu’elles avaient besoin des camionnettes et de la remorque à l’adresse de leur siège social (ces véhicules ont d’ailleurs à peine bougé) ; (ii) les parties défenderesses n’ont pas non plus démontré que l’exploitation du commerce  s’effectuait bel et bien à l’adresse du siège social, et, enfin, (iii) la publicité a manqué son objectif dans la mesure où elle était uniquement visible depuis le espaces du commerce de la partie demanderesse et non – ou à peine – depuis la voie publique. Compte tenu de ces circonstances accompagnantes, les parties défenderesses se sont rendues coupables de pratiques commerciales déloyales, violant ainsi l’article VI.104 du Code de droit économique.

Notes de bas de page:
  1. Gand 7 mai 2018, 2017/AR/1413, non publ.

Team

Related news

24.09.2021 EU law
Digital Law Up(to)date: (1) the download of a software with a permanent licence can constitute a “sale of goods”; (2) alert of the BEUC regarding the privacy policy of WhatsApp and its new term of use

Articles - In this blog, we briefly present two interesting news in the field of digital law: (1) a judgment of the CJEU considering that the download of a software with a permanent licence can constitute a “sale of goods”, and (2) an alert of the BEUC regarding the privacy policy of WhatsApp and its new terms of use.

Read more

04.08.2021 BE law
La revente illicite d'une licence de logiciel est contraire aux pratiques loyales du marché et il est permis d'avertir les clients de cette illégalité

Articles - Le Président du tribunal de commerce d'Anvers, statuant en référé, a jugé qu'un distributeur exclusif d'un logiciel peut, de façon non-dénigrante, prévenir ses clients potentiels de la pratique commerciale déloyale d'une autre société consistant à modifier puis à revendre plusieurs fois la même licence.[1]

Read more