Articles

Débauchage de clientèle : un ancien employé peut systématiquement approcher la clientèle de son ancien employeur

Stibbe - Unfair competition and consumer protection - Update sept 2018

Débauchage de clientèle : un ancien employé peut systématiquement approcher la clientèle de son ancien employeur

26.09.2018 BE law

La Cour d’appel de Gand a de nouveau précisé le principe de liberté du commerce et de la concurrence dont découle la licéité du débauchage de personnel et de clientèle [1] :

« Le décret d’Allarde de 1791 a entraîné dans son sillage l’application du principe de liberté du commerce et de la concurrence. De ce fait, le débauchage du personnel et des clients d’un concurrent est en principe permis (Gand, 13 novembre 2006, NJW 2007, 370). Le débauchage de clients n’est en principe pas illégitime de par le but qu’il poursuivrait ou des circonstances dans lesquelles il aurait lieu (Gand, 6 juin 2005, Jaarboek Handelspraktijken 2005, 546 et suiv.).

La liberté de concurrence implique la liberté de faire de la publicité, de débaucher du personnel et/ou des clients, d’imiter ou de copier, d’accrocher, de refuser de vendre et/ou de livrer, de procéder à des importations parallèles, de rompre des systèmes de distribution, etc. à moins que cette liberté ne soit restreinte par des dispositions légales spécifiques et/ou des droits exclusifs, ou que l’exercice de ces droits s’accompagne de circonstances spécifiques aggravantes qui confèrent à la pratique commerciale un caractère illicite, comme le fait de créer de la confusion, la tromperie, le dénigrement, les déclarations mensongères, l’utilisation d’informations confidentielles obtenues illicitement, l’obtention d’un avantage disproportionné, l’acte de concurrence parasitaire, l’abus de droit et la tierce complicité à la rupture d’un contrat.

La prospection et le débauchage des clients, du personnel et des fournisseurs d’un concurrent sont en principe permis, même si cela est effectué par un cocontractant désigné. Le débauchage ne devient illicite qu’en raison du but qu’il vise ou des circonstances particulières dans lesquelles il a lieu. » (traduction libre)

La Cour a ensuite jugé qu’il ne peut être interdit à un ancien travailleur d’utiliser ses connaissances et son expérience acquises auprès de son ancien employeur, et ce même si ces connaissances sont liées aux fichiers clients de cet ancien employeur. Par conséquent, le démarchage systématique de la clientèle que l’on approchait auparavant pour le compte de l’ancien employeur n’a pas été jugé illicite.

Notes de bas de page:
  1. Gand 5 mars 2018, 2017/AR/1173, non publ.

Team

Related news

26.04.2021 BE law
L’appropriation frauduleuse de listes de clients à des fins de détournement de clientèle constitue une pratique commerciale déloyale et une violation du secret d’affaires

Articles - La Cour d’appel de Gand a jugé que l’appropriation frauduleuse de listes de clients ainsi que l’utilisation de celle-ci constituent un détournement illicite de clients ainsi qu’une violation de l’article XI. 332/4 CDE (secret d’affaires).[1]

Read more

26.04.2021 BE law
L'utilisation illégale de secrets d'affaires obtenus de façon illicite conduit à une injonction temporaire de cesser une activité économique spécifique

Articles - Le président du tribunal d’entreprise de Gand a jugé que l'utilisation de secrets d’affaires obtenus de façon illicite, tels que des informations techniques sur les produits, lorsqu’une personne morale ou physique savait ou aurait dû savoir que ces derniers avaient été obtenus de façon illicite, viole l'article XI.332/4 du Code de droit économique (CDE) et est contraire à la concurrence loyale (article VI.104 CDE).

Read more

26.04.2021 BE law
Openbaarmaking en bedrijfsgeheimen, waar ligt de grens?

Articles - De Voorzitter van de Ondernemingsrechtbank te Brussel, zetelend zoals in kortgeding, heeft geoordeeld dat de openbaarmaking van een geheim productieproces door een ex-werknemer aan een concurrerende onderneming een oneerlijke handelspraktijk uitmaakt (schending van artikel XI.332 van het Wetboek Economisch Recht).[1] 

Read more

26.04.2021 BE law
Violation d’obligation contractuelle et tierce complicité – le juge des cessations peut établir l’existence d’une rupture de contrat

Articles - La Cour de Cassation a confirmé que même si les infractions liées aux pratiques de marché loyales relèvent de la responsabilité extracontractuelle, le juge des cessations, afin d’établir une éventuelle tierce complicité de la violation contractuelle, est compétent pour se prononcer sur l’existence d’une rupture de contrat à laquelle la société tierce a participé.

Read more