Articles

La Région de Bruxelles-Capitale adapte et simplifie les règles relatives aux implantations commerciales

Bruxelles adapte / simplifie règles pour implantations commerciales

La Région de Bruxelles-Capitale adapte et simplifie les règles relatives aux implantations commerciales

11.01.2018

Dans le cadre de la réforme du CoBAT votée le 13 octobre 2017, le législateur bruxellois a révisé les dispositions spécifiques relatives aux implantations commerciales, en supprimant notamment l’obligation d’obtenir un permis d’urbanisme préalable pour la modification de l’activité commerciale dans un immeuble déjà affecté à des fins commerciales.

A l’occasion de l’adoption de la sixième réforme de l’Etat, la Région de Bruxelles-Capitale avait intégré dans le Code bruxellois de l’aménagement du territoire (CoBAT), des dispositions spécifiques relatives aux implantations commerciales, matière régionalisée depuis le 1er juillet 2014. Dans le cadre de la réforme du CoBAT votée le 13 octobre 2017, le législateur bruxellois a toutefois décidé de substantiellement revoir le système initialement mis en place.

Historique

La loi du 13 août 2004 relative à l’autorisation d’implantations commerciales, surnommée « loi IKEA », soumettait à permis socio-économique les projets d’implantations commerciales dont la surface commerciale nette était supérieure à 400 m².

Le législateur bruxellois a, dans un premier temps, abrogé cette loi, mettant ainsi fin à l’existence d’une autorisation particulière pour les implantations commerciales à Bruxelles. A la place de celle-ci, de nouvelles dispositions ont été ainsi insérées dans le CoBAT, afin d’intégrer la matière des implantations commerciales dans la législation urbanistique.

A partir du 1er juillet 2014, le CoBAT soumettait donc à permis d’urbanisme préalable le fait de modifier de manière importante l’activité commerciale dans un immeuble déjà affecté à des fins commerciales ayant une surface commerciale nette de plus de 400 m²(1). Seuls étaient exclus les commerces de gros (art. 98, § 1er, 13°, CoBAT).

Le nouveau système mis en place prévoyait, en outre, que :

  • les implantations commerciales d’une surface commerciale nette supérieure à 1.000 m² étaient soumises à rapport d’incidences ;
  • les implantations commerciales d’une surface commerciale nette supérieure à 4.000 m²  étaient soumises à étude d’incidences ;
  • tout projet de construction nouvelle qui prévoyait l’implantation d’un commerce ainsi que tout projet de modification ou d’extension de l’activité commerciale au sein d’un immeuble déjà affecté à du commerce ou d’établissement d’un nouveau commerce au sein d’un immeuble affecté à une autre fonction que le commerce était soumis à une déclaration urbanistique préalable.

Nécessité d’obtenir un permis

De l’aveu même du législateur, l’obligation d’obtenir un permis d’urbanisme pour la modification importante d’une activité commerciale a connu de nombreuses difficultés d’application, notamment en raison du champ d’application trop large et trop flou des cas de modifications soumis à permis, de l’extension du champ d’application de la notion même d’implantation commerciale, de l’absence d’adoption d’un arrêté d’application et du fait d’avoir intégré dans le CoBAT la notion inconnue du droit bruxellois de l’urbanisme, à savoir la notion de « surface commerciale nette ».

Cette obligation a donc été purement et simplement supprimée. En d’autres termes, l’exploitant d’une surface commerciale qui souhaite modifier de manière importante l’assortiment des biens vendus ou le type ou la gamme des biens et/ou services fournis, ou encore augmenter la surface exploitée ne devra plus, de ce seul fait, solliciter de permis d’urbanisme.

Cela ne signifie cependant pas que toute modification apportée à une implantation commerciale ne nécessitera plus aucune autorisation à l’avenir. Dans la pratique, l’impact de la suppression de l’obligation d’obtenir un permis d’urbanisme pour la modification importante d’une activité commerciale devrait donc rester relativement limité. En effet, de nombreux actes et travaux réalisés à l’occasion d’une implantation commerciale demeurent soumis à permis d’urbanisme pour un ou plusieurs autres motifs que le projet d’implantation commerciale en soi (par exemple des actes et travaux de construction ou encore des travaux de transformation intérieurs ou d’aménagement touchant à la stabilité de l’immeuble).

Par ailleurs, le législateur bruxellois a expressément rappelé qu’il appartient au Gouvernement de déterminer les cas de modification de l’utilisation de tout ou partie d’un bien, même sans travaux, qui nécessitent l’obtention préalable d’un permis d’urbanisme. Le Gouvernement pourra donc, le cas échéant, déterminer des hypothèses dans lesquelles la modification d’une activité commerciale est jugée suffisamment importante que pour justifier l’imposition de l’obtention d’un permis.

En outre, il convient encore de souligner que l’exploitation d’un magasin pour la vente au détail dont les locaux de vente et les locaux attenants à ceux-ci et servant de dépôt de marchandises ont une surface totale égale ou supérieure à 1.000 m² ou d’un établissement destiné à la vente d’animaux – à l’exception des poissons – demeure soumise à un permis environnement de classe 2.

Evaluation des incidences

La réforme des dispositions relatives aux implantations commerciales a entraîné la nécessité de revoir les catégories de projets soumis à évaluation des incidences.

Désormais, et pour autant que le projet soit soumis à permis d’urbanisme, un rapport d’incidences doit être réalisé lorsqu’un projet visant la création d’un nouvel établissement commercial – et dans certains cas la modification d’un établissement existant – dont la superficie de plancher est comprise entre 1.250 m² et 5.000 m². La réalisation d’une étude d’incidences sera, quant à elle, imposée lorsqu’un projet dépasse le seuil de 5.000 m² de superficie de plancher, qu’il s’agisse de la création d’un nouvel établissement commercial ou de la modification d’un établissement existant.

Dans les deux cas, il n’est pas tenu compte la superficie de plancher éventuellement occupée par des espaces de stationnement pour véhicules à moteur(2).

Par ailleurs, alors que les commerces de gros étaient autrefois expressément exclus, la notion d’établissement commercial englobe désormais les commerces, dont font partie les grands commerces spécialisés, et les commerces de gros, telles que ces notions sont définies par le Plan régional d’affectation du sol.

Suppression de la déclaration urbanistique

L’obligation d’introduire une déclaration urbanistique pour tout projet de construction nouvelle qui prévoit l’implantation d’un commerce ainsi que tout projet de modification ou d’extension de l’activité commerciale au sein d’un immeuble déjà affecté à du commerce, ou d’établissement d’un nouveau commerce au sein d’un immeuble affecté à une autre fonction que le commerce est supprimée.

L’objectif de cette déclaration était de permettre aux communes d’obtenir en temps réel une photographie de la mixité commerciale de leurs quartiers et de disposer d’une base de données de la situation précise, plutôt que de recourir à des études. Cependant, les missions dévolues à Atrium Brussels, l’agence régionale qui coordonne les investissements urbains et le développement des quartiers commerçants, comprennent notamment la mise en place d’un baromètre du commerce, dont les objectifs sont sensiblement équivalents à ceux de la déclaration urbanistique préalable mais sans imposer pareille contrainte administrative aux commerçants.

Dans la pratique, la suppression de l’obligation d’introduire une déclaration urbanistique n’aura que peu d’effet sur les titulaires de cette obligation, puisque le mécanisme de déclaration urbanistique était resté lettre morte, le Gouvernement n’ayant jamais adopté l’arrêté d’exécution déterminant le formulaire à utiliser.

Entrée en vigueur

A ce jour, il demeure difficile de dire avec précision quand entreront en vigueur ces modifications. En effet, elles ne seront réellement d’application qu’un an après la publication au Moniteur belge de l’ordonnance du 13 octobre 2017 réformant le Code bruxellois de l’aménagement du territoire. Or cette ordonnance n’a pas encore été publiée.

 

Notes de bas de page: 

  1. La construction d’un nouvel établissement commercial est, quant à elle, soumise à permis d’urbanisme en vertu de l’article 98, § 1er, 1°, du CoBAT, qui soumet, de manière générale, à permis les actes et travaux de construction. L’article 4/2 du CoBAT prévoyait, en outre, que l’autorité délivrante devait accorder une attention particulière aux répercussions des projets d'implantation commerciale d'une surface commerciale nette supérieure à 400 m², notamment quant à la protection des consommateurs, à la sécurité, à la salubrité des lieux et des abords, aux conditions de circulation, d'accessibilité et de stationnement, ainsi qu'à l'intégration de tels projets dans leur environnement urbanistique.
  2. Les espaces de stationnement situés en dehors de la voie publique constituent un fait générateur indépendant à l’obligation de réaliser une évaluation des incidences (rapport ou étude d’incidences).

Team

Related news

13.11.2019 NL law
Een strategisch actieplan voor het gebruik van AI door de overheid

Short Reads - Een paar jaren geleden hoorde je er nog nauwelijks over, maar nu kan je er bijna niet meer om heen: kunstmatige intelligentie, ook wel artificiële intelligentie (AI) genoemd.  AI verwijst naar systemen die intelligent gedrag vertonen door hun omgeving te analyseren en – met een zekere mate van zelfstandigheid – actie ondernemen om specifieke doelen te bereiken. Denk aan zelfrijdende auto's of slimme thermostaten. 

Read more

12.11.2019 EU law
Warranty & Indemnity Insurance: an increasingly popular insurance

Articles - A warranty & indemnity (W&I) insurance covers damage resulting from breaches of warranties given in the SPA by the seller. W&I insurance has been around for many years, but it has become increasingly popular in the last few years. According to Lockton, “recent statistics suggest that over 50% of corporate real estate transactions in Europe now use W&I insurance, a large driver for this has been the adoption of a EUR 1 cap on sellers’ liability under the SPA.”

Read more

13.11.2019 NL law
Billijker bestuursrecht met minder formele rechtskracht

Short Reads - De recente uitspraken van de Hoge Raad over de Groningse aardbevingsschade en die van de Afdeling bestuursrechtspraak over het terugvorderen van toeslagen voor kinderopvang hebben meer met elkaar te maken dan menigeen op voorhand zal denken. Zowel de Hoge Raad als de Afdeling kiest daarin namelijk – terecht – voor een verdere versoepeling van de leer van de formele rechtskracht van besluiten. Een leer die vaak wordt bekritiseerd vanwege de onnodig onbillijke uitkomsten daarvan in sommige zaken.

Read more

08.11.2019 BE law
Interview with Wouter Ghijsels on Next Gen lawyers

Articles - Stibbe’s managing partner Wouter Ghijsels shares his insights on the next generation of lawyers and the future of the legal profession at the occasion of the Leaders Meeting Paris where Belgian business leaders, politicians and inspiring people from the cultural and academic world will discuss this year's central theme "The Next Gen".

Read more

13.11.2019 NL law
Van Stint tot Fipronil: een schadefonds voor gedupeerden van voortvarend overheidsingrijpen in crisissituaties

Short Reads - Op donderdag 7 november 2019 was prof. mr. Pieter van Vollenhoven te gast bij ons op kantoor voor het seminar "Van Stint tot Fipronil: een schadefonds voor gedupeerden van voortvarend overheidsingrijpen in crisissituaties". In het sprekerspanel met o.a. Berthy van den Broek, Janet van de Bunt, Monique de Groot en Edwin Renzen en ook in de zaal waren de meesten duidelijk gecharmeerd van zo’n fonds Van Vollenhoven. Maar er blijven nog genoeg vragen over hoe zo’n fonds precies zou moeten worden ingericht.

Read more

07.11.2019 NL law
Symposium 'From Stint to Fipronil: a compensation fund for victims of energetic government intervention in crisis situations

Seminar - Stibbe is organising a symposium in Amsterdam on Thursday 7 November entitled 'From Stint to Fipronil: a compensation fund for victims of energetic government intervention in crisis situations'. During this symposium, Stibbe lawyer Tijn Kortmann and Prof. Pieter van Vollenhoven, alongside other experts,  will speak about the compensation fund which, according to van Vollenhoven, injured parties should be able to call upon if a decision by the government turns out to be too drastic.

Read more

Our website uses functional cookies for the functioning of the website and analytic cookies that enable us to generate aggregated visitor data. We also use other cookies, such as third party tracking cookies - please indicate whether you agree to the use of these other cookies:

Privacy – en cookieverklaring