Articles

Marché d’assurance : fixation de la durée du marché et choix des critères de sélection, quelle marge de manœuvre pour le pouvoir adjudicateur ?

Marché d’assurance : fixation de la durée du marché et choix des crit

Marché d’assurance : fixation de la durée du marché et choix des critères de sélection, quelle marge de manœuvre pour le pouvoir adjudicateur ?

01.02.2018 BE law

Il revient au pouvoir adjudicateur de motiver sa décision de fixer la durée du marché à une durée supérieure à 4 ans.

L’exigence d’être repris sur la liste des « entreprises d’assurance agréées » par la Banque nationale de Belgique constitue un critère de sélection relatif à la capacité économique et financière lié et proportionné à un marché relatif à la conclusion d’une assurance collective hospitalisation.

Les obligations de motivation formelle et matérielle imposent au pouvoir adjudicateur de motiver sa décision de fixer la durée d’un marché à une durée supérieure à 4 ans[1]. Ces motifs peuvent être repris dans une note adressée au conseil des ministres et ne doivent pas nécessairement se trouver dans le cahier spécial des charges. Le pouvoir adjudicateur dispose d’un pouvoir d’appréciation quant au contenu des motifs qui sous-tendent sa décision. Il doit l’exercer de manière raisonnable, sans commettre d’erreur manifeste d’appréciation et en tenant compte des circonstances propres au marché.

Dans l’arrêt commenté, le Conseil d’Etat a considéré que le pouvoir adjudicateur n’avait pas exercé son pouvoir d’appréciation de manière déraisonnable en prenant en compte la nécessité pour les nouveaux soumissionnaires de devoir développer un système complet de cartes à puce ce qui implique de consentir des investissements importants. De même, la circonstance que le marché deviendrait plus attractif pour les soumissionnaires s’il était conclu pour une durée plus longue ne constitue pas, selon le Conseil d’Etat, une motivation stéréotypée et tient compte de l’objet spécifique du marché.

S’agissant ensuite de la fixation d’un critère de capacité économique et d’un seuil relatif à ce critère, le Conseil d’Etat a jugé que l’exigence d’être repris sur la liste des « entreprises d’assurance agréées » par la Banque nationale de Belgique constituait bien un critère de sélection relatif à la capacité économique et financière. L’argument selon lequel ce critère ne serait pas lié et proportionné au marché du fait que l’agrément serait délivré de manière générale et non particulièrement en relation avec le marché est démenti par le Conseil d’Etat. En effet, l’agrément porte par essence sur l’accomplissement d’activités d’assurance et l’objet du marché porte précisément sur la conclusion d’une assurance collective hospitalisation. Quant à la question de savoir si le pouvoir adjudicateur devait en outre fixer expressément un seuil spécifique pour ce critère – seuil que la nouvelle réglementation relative aux marchés publics impose désormais de déterminer[2] –, le Conseil d’Etat a estimé qu’il n’était pas nécessaire de fixer un ou des seuils dans les documents de marché compte tenu du fait que de tels seuils minimaux sont déjà imposés aux entreprises d’assurance qui sollicitent leur agrément. En faisant siens les seuils minimaux exigés à cet égard, la pouvoir adjudicateur a agi dans le respect de la réglementation relative aux marchés publics.

Lien: C.E., n°238.988, 31/08/2017

Notes de bas de page:

[1] Conformément à l’ancien article 37, § 2, de la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services, la durée totale d’un marché ne peut en règle générale pas dépasser 4 ans à partir de la conclusion du marché.

[2] Article 65, alinéa 2, de l’arrêté royal du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs classiques.

Team

Related news

12.02.2020 NL law
Het oproepen en horen van getuigen in het bestuursrecht: hoe zit het ook al weer?

Short Reads - Het oproepen van getuigen en het horen daarvan ter zitting door de bestuursrechter heeft de Hoge Raad in zijn arrest van 15 november 2019 overzichtelijk in kaart gebracht. Dat arrest, dat door de belastingkamer in een bestuurlijke boetezaak is gewezen, is ook voor andere terreinen van het bestuursrecht van belang. Mede ook omdat het horen van getuigen buiten het fiscale bestuursrecht nog in de kinderschoenen staat. In dit bericht bespreken we daarom de mogelijkheden die er bestaan om getuigen te (laten) oproepen en hoe de bestuursrechter daarmee moet omgaan.

Read more

07.02.2020 BE law
Het finale Belgische ‘nationaal energie- en klimaatplan’ en de Belgische langetermijnstrategie: het geduld van de Commissie op de proef gesteld?

Articles - Op 31 december 2019 diende België, nog net op tijd, zijn definitieve nationaal energie- en klimaatplan (NEKP) in bij de Commissie. Het staat nu al vast dat het Belgische NEKP niet op applaus zal worden onthaald door de Commissie. Verder laat ook de Belgische langetermijnstrategie op zich wachten. Wat zijn de gevolgen?

Read more

12.02.2020 NL law
Omgevingsrecht en mobiliteit: hoe werkt het afwijken van parkeernormen in bestemmingsplannen?

Short Reads - Op grond van artikel 3.1.2, tweede lid, Bro kan een bestemmingsplan ten behoeve van een goede ruimtelijke ordening regels bevatten waarvan de uitleg bij de uitoefening van een daarbij aangegeven bevoegdheid afhankelijk wordt gesteld van beleidsregels. Van deze mogelijkheid maken gemeenteraden in hun bestemmingsplannen vaak gebruik als het gaat om parkeernormen

Read more

06.02.2020 BE law
“Eindelijk” een modernisering van het goederenrecht: de praktische impact op de juridische structurering van vastgoedprojecten

Articles - De juridische structurering van vastgoedprojecten verloopt vandaag nog steeds langs de krijtlijnen zoals in 1804 uiteengezet door de Napoleontische wetgever in het Burgerlijk Wetboek, aangevuld met bijzondere wetten (waarvan best gekend de wetten van 10 januari 1824 over het recht van opstal en het recht van erfpacht, resp. “Opstalwet” en “Erfpachtwet”). Thans – bijna 200 jaar later –  is een nieuw Burgerlijk Wetboek in opmaak.

Read more

12.02.2020 NL law
Van inspraakverordening naar participatieverordening op decentraal niveau

Short Reads - De regering stelt voor om de reikwijdte van de decentrale inspraakverordeningen te vergroten naar de uitvoering en evaluatie van decentraal beleid. Dat staat in een conceptwetsvoorstel dat op 9 december 2019 ter internetconsultatie is voorgelegd. Het conceptwetsvoorstel beoogt een wijziging van onder meer de Gemeentewet, de Provinciewet en de Waterschapswet.

Read more

24.01.2020 NL law
Can the government refrain from imposing enforcement measures if it is not within the offender’s power to comply with a standard?

Short Reads - What should be done if a stakeholder makes a request to the government for enforcement to rectify violations in a scenario where the offender does not have full power to comply because of a reliance on third parties? The Administrative Division of the Dutch Council of State ruled on 23 January 2019 that an administrative body cannot simply reject an enforcement request in such a situation, but must consider whether, for example, the imposition of an order subject to a penalty payment may provide an incentive for the actual termination of the violation.

Read more

This website uses cookies. Some of these cookies are essential for the technical functioning of our website and you cannot disable these cookies if you want to read our website. We also use functional cookies to ensure the website functions properly and analytical cookies to personalise content and to analyse our traffic. You can either accept or refuse these functional and analytical cookies.

Privacy – en cookieverklaring