Articles

Indemnité réparatrice : une application déjà restreinte par la Cour de cassation

Indemnité réparatrice : une application déjà restreinte par la Cour d

Indemnité réparatrice : une application déjà restreinte par la Cour de cassation

01.02.2018 BE law

La Cour de cassation limite la possibilité d’obtenir une indemnité réparatrice devant le Conseil d’État au constat explicite d’une illégalité par un arrêt dans la procédure au fond.

Par son arrêt du 15 septembre 2017, la Cour de cassation trace pour la première fois une limite entre la compétence du Conseil d’État d’allouer une indemnité réparatrice et celle des cours et tribunaux de l’ordre judiciaire de statuer sur les droits civils.

Comme on pouvait s’y attendre, la Cour de cassation donne une interprétation stricte, voire restrictive, à l’exception à la compétence exclusive des cours et tribunaux, insérée dans l’article 144 de la Constitution au profit des juridictions administratives fédérales, telle qu’elle a été mise en œuvre par l’article 11bis des lois coordonnées sur le Conseil d’État, en vertu duquel «toute partie requérante ou intervenante qui poursuit l’annulation d’un acte, d’un règlement ou d’une décision implicite de rejet (…) peut demander à la section du contentieux de lui allouer par voie d’arrêt une indemnité réparatrice à charge de l’auteur de l’acte si elle a subi un préjudice du fait de l’illégalité [de cet acte], en tenant compte des intérêts publics et privés en présence».

En dehors de la question de l’application dans le temps de cette nouvelle compétence du Conseil d’État, on retiendra que la Cour de cassation décide qu’il suit des dispositions constitutionnelle et légale en cause « qu’une demande d’indemnité réparatrice suppose que l’illégalité soit constatée par un arrêt du Conseil d’État statuant sur un recours en annulation ».

L’arrêt du Conseil d’État qui constate la perte d’objet du recours parce que l’acte attaqué a été retiré à la suite d’un arrêt en suspension constatant l’illégalité apparente de l’acte ne répond pas, selon la Cour de cassation, aux exigences de l’article 11bis des lois coordonnées.

Cette position risque de retirer au Conseil d’État une partie importante du contentieux de l’indemnisation du préjudice, notamment en matière de marchés publics, puisqu’il est plus que fréquent que les adjudicateurs retirent la décision attaquée à la suite d’un arrêt ordonnant sa suspension. Dans tous ces cas, le soumissionnaire requérant devra donc agir devant le Juge civil pour obtenir la réparation du préjudice éventuellement subi.

Lien: Cass., C.15.0465.F/1, 15/09/2017

Team

Related news

15.10.2019 NL law
Een nieuwe uittredingsregeling voor gemeenschappelijke regelingen

Short Reads - Op 26 augustus 2019 is de internetconsultatie gestart van een wetsvoorstel dat de Wet gemeenschappelijke regelingen (Wgr) wijzigt. Het wetsvoorstel heeft als doel de democratische legitimiteit van gemeenschappelijke regelingen te versterken. In een eerder bericht gingen wij al in op eerdere initiatieven om de Wgr te wijzigen en op de in het wetsvoorstel voorgestelde maatregelen, waarbij zeggenschap over de begroting werd uitgelicht

Read more

11.10.2019 NL law
Symposium 'From Stint to Fipronil: a compensation fund for victims of energetic government intervention in crisis situations

Seminar - Stibbe is organising a symposium in Amsterdam on Thursday 7 November entitled 'From Stint to Fipronil: a compensation fund for victims of energetic government intervention in crisis situations'. During this symposium, Stibbe lawyer Tijn Kortmann and Prof. Pieter van Vollenhoven, alongside other experts,  will speak about the compensation fund which, according to van Vollenhoven, injured parties should be able to call upon if a decision by the government turns out to be too drastic.

Read more

15.10.2019 BE law
Avis du Maître architecte et organisation d’une réunion de projet. De nouvelles étapes préalables à la demande de permis d’urbanisme.

Articles - Une des nouveautés de la réforme du CoBAT adoptée le 30 novembre 2017, publiée au Moniteur belge le 20 avril 2018 et entrée en vigueur le 1er septembre 2019 (pour ce qui concerne les demandes de permis d’urbanisme) porte sur la création de deux nouvelles étapes préalables à l’introduction d’une demande de permis d’urbanisme : l’obtention de l’avis du Maître architecte, d’une part, et l’organisation d’une réunion de projet, d’autre part. 

Read more

14.10.2019 NL law
Kamerdebat over digitalisering van de overheid: aandacht voor bescherming burger vereist

Short Reads - Op 24 september 2019 zijn er vier moties in stemming gebracht én aangenomen door de Tweede Kamer. De moties hebben als gemeenschappelijke deler dat ze in het teken staan van de steeds groter wordende digitalisering bij de overheid. Het achterliggende doel van de moties is dat de burger voldoende beschermd moet worden tegen deze digitalisering.

Read more

08.10.2019 NL law
Annotatie bij ABRvS 26 juni 2019, waarin de Afdeling een vereniging als belanghebbende aanmerkt

Short Reads - Op 26 juni 2019 heeft de Afdeling twee uitspraken gedaan over de vraag of een vereniging die opkomt voor werknemers als belanghebbende als in artikel 1:2, derde lid, Awb kan worden aangemerkt. De Afdeling oordeelde dat medewerkers in beginsel niet als belanghebbende kunnen worden aangemerkt. Maar in tegenstelling tot de rechtbanken van Amsterdam en Limburg, oordeelde de Afdeling ook dat een uitzondering hierop kan worden gemaakt. 

Read more

Our website uses functional cookies for the functioning of the website and analytic cookies that enable us to generate aggregated visitor data. We also use other cookies, such as third party tracking cookies - please indicate whether you agree to the use of these other cookies:

Privacy – en cookieverklaring