Articles

Qu'est-ce qu'un « plan ou programme » au sens de la directive ESIE? Le fondement juridique d’une autorisation

What is a

Qu'est-ce qu'un « plan ou programme » au sens de la directive ESIE? Le fondement juridique d’une autorisation

05.04.2018

Dans le Jaarboek 2017 TeRecht édité par Larcier, Guan Schaiko et Stefanie François approfondissent la notion de « plans et programmes » au sens de la directive 2001/42/CE du 27 juin 2001 relative à l'évaluation des incidences de certains plans et programmes sur l'environnement (ci-après « directive ESIE »).

[version néerlandaise et anglaise]

Ils étudient systématiquement les travaux préparatoires liés à la directive ESIE pour soumettre le jugement de la Cour de justice à une analyse critique. Leur étude révèle notamment que la notion de « plan ou programme » au sens de la directive ESIE doit être compris comme le « fondement juridique » d’une autorisation.

Incertitude juridique sur la notion de « plans et programmes »

Comme Olivier di Giacomo et Renaud Smal l'ont démontré dans leurs précédents blogs, il existe une grande incertitude juridique sur la notion de plans et programmes au sens de la directive ESIE.

Dans le Jaarboek 2017 TeRecht édité par Larcier, Guan Schaiko et Stefanie François ont soumis la notion à une analyse approfondie. Ils ont systématiquement étudié les travaux préparatoires liés à la directive ESIE. Les résultats de leur étude révèlent des points importants.

Objectif de la directive

Selon les travaux préparatoires, l'application de la directive ESIE visait deux objectifs : (i) intégrer les incidences sur l'environnement à un stade précoce du processus décisionnel en ce qui concerne l'attribution d’une autorisation pour un projet et (ii) garantir une plus grande certitude juridique aux initiateurs du projet.

Résultats de l'étude

L'incertitude juridique liée au concept de « plans et programmes » ne provient pas seulement de la rédaction floue de la directive ESIE du législateur européen. L'explication parfois incohérente de la Cour de justice est aussi responsable. De plus, la Cour s'oppose parfois aux termes de la directive ESIE et à la volonté du législateur européen :

  • Selon la Cour, les plans et programmes facultatifs relèvent aussi de la directive ESIE, alors que l'article 2, a) précise que la directive vise les plans et programmes « exigés » (NL : « voorgeschreven », EN : « required ») par les dispositions légales ou administratives. Les travaux préparatoires confirment aussi ce point. Par ailleurs, le possible caractère obligatoire de l’acte litigieux doit être examiné par rapport à l'objectif de l'acte, notamment permettre (et pas seulement faciliter) l’autorisation d’un projet. La condition de l'article 2, a) de la directive ESIE porte donc sur la question si l’acte litigieux de l'autorité publique est exigé pour pouvoir autoriser un projet ensuite.
  • Le principal critère retenu par la Cour pour qualifier un acte de plan ou de programme au sens de la directive ESIE est celui de savoir si l’acte est susceptible d’avoir des incidences notables sur l'environnement. Cette évolution dans le jugement porte préjudice à la systématique visée aux articles 2 et 3 de la directive ESIE.
  • Seules les actes répondant aux conditions formelles spécifiques fixées à l'article 2, a) de la directive ESIE sont qualifiés de plan ou programme au sens de cette directive. Malgré plusieurs modifications apportées à la formulation exacte de ces conditions formelles au cours du processus parlementaire, la portée est restée inchangée : il doit s'agir des actes (selon les termes de la directive : « plans et programmes ») qui :
    • suivent une procédure formelle (selon les termes de la directive « élaborés et/ou adoptés par une autorité au niveau national, régional ou local ou élaborés par une autorité en vue de leur adoption par le parlement ou par le gouvernement, par le biais d'une procédure législative ») ;
    • sont imposés (selon les termes de la directive «exigés par des dispositions législatives, réglementaires ou administratives ») ;
    • dans le but de créer un cadre pour les futures autorisations de projet (selon les termes de la directive : « qui définissent le cadre dans lequel la mise en œuvre des projets pourra être autorisée à l'avenir « ). Cependant, cette mesure n'a pas été retenue dans la version finale de la directive dans la « définition » de l'article 2, a) de la directive ESIE, mais a été ajoutée à l'article 3, alinéas 2, a) et 4 portant sur le « champ d’application ».

Ces conditions formelles révèlent clairement l'objectif du législateur européen par la rédaction de la directive : la notion de « plan ou programme » renvoie au « fondement juridique » d’une autorisation, c.-à-d. les dispositions du droit interne qui habilitent l’autorité délivrante à énoncer une autorisation pour la mise en œuvre d’un projet. Ou, pour l'expliquer dans les termes du législateur européen : « plans et programmes formels, c'est-à-dire adoptés par une autorité compétente ou adoptés par un acte législatif, afin d'établir le cadre pour les décisions ultérieures d'autorisation.» Il ne s'agit pas de chaque cadre légal ou réglementaire duquel l'autorité délivrante doit tenir compte, mais des actes qui sont exigés afin d’établir le cadre pour d’autorisations, c.-à-d. le fondement juridique d’une telle autorisation.

Conclusion

D'après l'étude, la Cour de justice méconnaît l'objectif du législateur européen dans son jugement. Nous espérons que l'étude conduira les praticiens, les universitaires et la Cour à accorder plus d'importance à l'objectif du législateur européen et aux termes formels de la directive ESIE qu'à la pure interprétation téléologique de la directive ESIE.

Team

Related news

27.03.2020 NL law
Certain legal aspects of the corona crisis for the Dutch construction and rental industry

Short Reads - The spread of the coronavirus has developed into a severe crisis that is also affecting the construction and rental industry in the Netherlands. Catering operators and retailers are wondering (among other difficult questions) whether they can pause their rent payments while they have no or very little turnover.

Read more

27.03.2020 BE law
Bijzondere volmachten in tijden van crisis: wat kan en wat niet?

Short Reads - In haar advies van 25 maart 2020 analyseert de afdeling Wetgeving van de Raad van State het wetsvoorstel van 21 maart 2020 tot bijzondere machtiging aan de Koning om maatregelen te nemen in de strijd tegen de verspreiding van het coronavirus COVID-19. Het advies brengt de algemene beginselen inzake bijzondere machten in herinnering en plaatst daarnaast enkele kritische kanttekeningen bij het wetsvoorstel zelf. Voor liefhebbers van het grondwettelijk recht vormt het advies van de afdeling Wetgeving daarom een welgekomen afleiding in tijden van lockdown. 

Read more

22.03.2020 BE law
Les fenêtres (vues et jours) dans l’ère du nouveau Code civil. Que faut-il retenir ?

Articles - La loi portant création d'un Code civil a été promulguée le 13 avril 2019 et publiée le 14 mai 2019 au Moniteur belge. La loi portant le livre 3 « Les biens » du Code civil a, quant à elle, été promulguée le 4 février 2020 et vient d’être publiée ce 17 mars 2020. Ce livre 3 entrera en vigueur le 1er septembre 2021. Que prévoit-il en matière de vues et de jours ? Voici un bref aperçu.

Read more

26.03.2020 BE law
​I am suffering significant financial losses as a result of the spread of the corona virus. Is there a possibility of State aid?

Short Reads - COVID-19 brings certain questions to centre stage regarding State aid. In this short read, Peter Wytinck, Sophie Van Besien and Michèle de Clerck discuss the possibility of State aid in case of significant financial losses as a result of the spread of the corona virus.

Read more

19.03.2020 NL law
Nederland ‘op slot gooien’ vanwege corona: wie is daartoe bevoegd?

Short Reads - ‘Het coronavirus houdt ons land in de greep’. Dit waren de eerste woorden van premier Rutte toen hij maandag 16 maart 2020 Nederland toesprak over de coronacrisis. In de strijd tegen (de verdere verspreiding van) het coronavirus kiest het kabinet er momenteel voor om het virus maximaal te controleren. Maximaal controleren betekent maatregelen nemen om de piek in het aantal besmettingen af te vlakken en dit aantal te verspreiden over een langere periode.

Read more

This website uses cookies. Some of these cookies are essential for the technical functioning of our website and you cannot disable these cookies if you want to read our website. We also use functional cookies to ensure the website functions properly and analytical cookies to personalise content and to analyse our traffic. You can either accept or refuse these functional and analytical cookies.

Privacy – en cookieverklaring