Short Reads

La cour d’appel de Gand modère une clause de non-concurrence trop large

Stibbe - Unfair competition and consumer protection - Update apr 2018

La cour d’appel de Gand modère une clause de non-concurrence trop large

17.04.2018

L’affaire [1]  concernait une cession d’actions d’une entreprise active dans le secteur de l’éclairage. Dans le cadre de cette cession d’actions, le gérant de l’entreprise a ainsi racheté deux autres actionnaires.

La convention de vente contenait une clause de non-concurrence de cinq ans qui s’étendait sur l’ensemble du territoire de l’Union européenne. Dans ce contexte, les vendeurs s’engageaient à ne pas produire ni commercialiser des armatures d’éclairage (i) dérivés d’un projet de la gamme actuelle de l’entreprise en question et (ii) présentant des similitudes formelles manifestes avec celui-ci. En échange, chaque vendeur touchait une compensation à hauteur de 50.000 EUR.

La discussion concernait la validité de la clause de non-concurrence et, le cas échéant, sa violation. 

En première instance, le gérant-acheteur a obtenu gain de cause. En conséquence, les vendeurs ont été condamnés au paiement d’une indemnité forfaitaire, pour la violation de la clause de non-concurrence, et au remboursement de la compensation déjà versée. 

Il reste qu’en instance d’appel, la clause de non-concurrence a été déclarée nulle. En effet, la Cour d’appel de Gand a considéré, en se fondant sur le décret d’Allarde (qui était la loi applicable au moment de la conclusion de la convention), que la durée dépassait le temps dont le repreneur avait besoin pour constituer sa clientèle – en l’occurrence, 36 mois. Par ailleurs, seul le fonds commercial a été cédé (et non le savoir-faire). Selon la Communication de la Commission relative aux restrictions directement liées et nécessaires à la réalisation des opérations de concentration [2], les clauses de non-concurrence ne sont, dans ce cas, justifiées que pour des périodes n'excédant pas deux ans. D’un point de vue géographique, il a également été considéré que la clause était trop large, vu que l’entreprise est principalement active dans le Benelux, en France et en Angleterre et qu’une internationalisation n’est pas envisageable.

La Cour a ensuite exercé son pouvoir de modération (notamment par référence à la « clause de divisibilité » prévue par les parties) et a réformé la clause de non-concurrence, de sorte qu’elle n’ait plus qu’une durée de trois ans et ne concerne que le territoire du Benelux, de la France et de l’Angleterre. Il convient de faire remarquer que la clause modérée couvre une période toujours plus longue que celle recommandée par la Commission européenne dans une situation similaire.  

En outre, la Cour a jugé qu’il n’était en aucun cas question de violation de la clause de non-concurrence (modérée) en l’absence de ‘similitudes formelles manifestes’ entre les produits des parties requérante(s) et défenderesse(s). Par conséquent, les vendeurs ont malgré tout obtenu gain de cause.

Notes de bas de page:

  1. Gand 5 février 2018, n° de rôle 2016/AR/405.
  2. JO UE 2005 C 56/03.

Team

Related news

09.12.2019
Stibbe versterkt EU/competition praktijk met nieuwe vennote Sophie Van Besien

Inside Stibbe - Brussel, 9 december 2019 – Stibbe verwelkomt Sophie Van Besien, gespecialiseerd in Europees recht, mededingingsrecht en gereguleerde markten, als nieuwe vennote in het Brusselse kantoor. Sophie’s expertise zal Stibbe’s dienstverlening in de Benelux versterken en bijdragen aan de verdere ontwikkeling van zijn EU/competition en regulated markets praktijk. Sophie vervoegt Stibbe op 9 december 2019.

Read more

09.12.2019
Stibbe renforce sa pratique de droit européen et de la concurrence par la venue de Sophie Van Besien en qualité d’associée

Inside Stibbe - Bruxelles, le 9 décembre 2019 –  Stibbe a le plaisir d’accueillir Sophie Van Besien, avocate spécialisée en droit européen, droit de la concurrence et des marchés réglementés, en qualité de nouvelle associée au sein de son cabinet bruxellois. Son expertise permettra d’enrichir les prestations actuelles du cabinet au Benelux et de contribuer au développement de son activité en droit européen et en droit de la concurrence ainsi que des marchés réglementés. Sophie Van Besien rejoint Stibbe ce 9 décembre 2019.

Read more

09.12.2019
Stibbe expands EU/competition practice with new partner Sophie Van Besien

Inside Stibbe - Brussels, 9 December 2019 – Stibbe welcomes EU law, competition, and regulated markets lawyer Sophie Van Besien as a new partner in its Brussels office. Her expertise will enhance Stibbe’s service offering in the Benelux and contribute to the further development of its EU/competition and regulated markets practice. Sophie joins Stibbe on 9 December 2019.

Read more

30.07.2019
Un matelas descellé et le droit de rétraction

Articles - Dans un arrêt du 27 mars 2019, la Cour de justice a conclu qu’un matelas, dont la protection a été retirée par le consommateur après la livraison de celui-ci et qui a potentiellement été en contact avec un corps humain, ne relève pas de l’exception au droit de rétraction[1] (pour des raisons de protection de la santé ou d’hygiène) prévue à l’article 16, sous e), de la directive 2011/83 relative aux droits des consommateurs[2] (i.e. l’article VI.53 CDE).

Read more

Our website uses functional cookies for the functioning of the website and analytic cookies that enable us to generate aggregated visitor data. We also use other cookies, such as third party tracking cookies - please indicate whether you agree to the use of these other cookies:

Privacy – en cookieverklaring