Short Reads

Exigence d’identification et d’objectivité en cas de publicité comparative

Stibbe - Unfair competition and consumer protection - Update apr

Exigence d’identification et d’objectivité en cas de publicité comparative

17.04.2018 BE law

Le 22 janvier 2018, la Cour d’appel de Gand a une nouvelle fois eu l’opportunité d’examiner la licéité d’une publicité comparative . [1]

L’affaire concernait une discussion née entre un producteur d’isolation de polyuréthane projeté et un producteur de chapes isolantes EPS (« isomo »). Ce dernier avait placé quelques hyperliens sur son site internet sous le titre Nuttige info PUR (« informations utiles concernant le PUR »). Ces hyperliens renvoyaient à des articles, rédigés par des tiers, qui exposaient les inconvénients de l’isolation PUR.

La Cour a tout d’abord vérifié s’il était question de publicité comparative. Il est intéressant de constater à nouveau la flexibilité avec laquelle la Cour recourt à l’exigence d’identification. Les renvois à l’isolation PUR permettent, selon la Cour « une identification implicite d’un groupe de concurrents (à savoir les entreprises qui projettent du PUR sur place »)  [2]. Cela a suffi à la Cour. 

Ensuite, la licéité de la comparaison a été examinée, et plus précisément les critères cumulatifs de réalisation, pertinence, vérifiabilité et représentativité de la caractéristique comparée et l’objectivité de la comparaison en elle-même. Cette dernière ne constituait pas un problème en soi, étant donné que les articles n’établissaient pas de comparaison concrète avec les produits concurrentiels, mais se limitaient à la formulation de critiques d’un procédé de construction. La partie défenderesse a fait sienne cette critique en la plaçant sur son site internet. Ce faisant, cela a abouti indirectement à un contexte comparatif entre les concurrents. Pour le reste, la Cour a estimé que les fichiers étaient suffisamment solides, authentiques, pertinents, vérifiables et représentatifs, et ce notamment en raison du fait (i) qu’ils avaient été rédigés par des ingénieurs ou des personnes liées à un centre d’expertise, (ii) qu’ils étaient basés sur des études approfondies, ou bien (iii) qu’ils formaient un rapport de témoignages contenant des renvois à des publications officielles. La publicité comparative a, dès lors, été considérée comme licite.
 

Notes de bas de page:

  1. Gand 22 janvier 2018, n° de rôle 2017/AR/910.
  2. Traduction libre.

Team

Related news

26.04.2021 BE law
L’appropriation frauduleuse de listes de clients à des fins de détournement de clientèle constitue une pratique commerciale déloyale et une violation du secret d’affaires

Articles - La Cour d’appel de Gand a jugé que l’appropriation frauduleuse de listes de clients ainsi que l’utilisation de celle-ci constituent un détournement illicite de clients ainsi qu’une violation de l’article XI. 332/4 CDE (secret d’affaires).[1]

Read more

26.04.2021 BE law
L'utilisation illégale de secrets d'affaires obtenus de façon illicite conduit à une injonction temporaire de cesser une activité économique spécifique

Articles - Le président du tribunal d’entreprise de Gand a jugé que l'utilisation de secrets d’affaires obtenus de façon illicite, tels que des informations techniques sur les produits, lorsqu’une personne morale ou physique savait ou aurait dû savoir que ces derniers avaient été obtenus de façon illicite, viole l'article XI.332/4 du Code de droit économique (CDE) et est contraire à la concurrence loyale (article VI.104 CDE).

Read more

26.04.2021 BE law
Openbaarmaking en bedrijfsgeheimen, waar ligt de grens?

Articles - De Voorzitter van de Ondernemingsrechtbank te Brussel, zetelend zoals in kortgeding, heeft geoordeeld dat de openbaarmaking van een geheim productieproces door een ex-werknemer aan een concurrerende onderneming een oneerlijke handelspraktijk uitmaakt (schending van artikel XI.332 van het Wetboek Economisch Recht).[1] 

Read more

26.04.2021 BE law
Violation d’obligation contractuelle et tierce complicité – le juge des cessations peut établir l’existence d’une rupture de contrat

Articles - La Cour de Cassation a confirmé que même si les infractions liées aux pratiques de marché loyales relèvent de la responsabilité extracontractuelle, le juge des cessations, afin d’établir une éventuelle tierce complicité de la violation contractuelle, est compétent pour se prononcer sur l’existence d’une rupture de contrat à laquelle la société tierce a participé.

Read more