Articles

Une fois n’est pas coutume : le Conseil d’Etat rejette une demande de suspension après avoir mis en balance les intérêts en présence

Une fois n’est pas coutume : le Conseil d’Etat rejette une demande de suspension après avoir mis en balance les intérêts en présence

Une fois n’est pas coutume : le Conseil d’Etat rejette une demande de suspension après avoir mis en balance les intérêts en présence

29.06.2017 BE law

En procédure de suspension, le Conseil d’Etat peut, après avoir reconnu le caractère sérieux d’un moyen, mettre en balance les différents intérêts en présence, tant publics que privés, et, s’il juge que les conséquences négatives d’une suspension l’emporteraient sur l’avantage dont bénéficierait le requérant dans pareil éventualité, rejeter sa requête.

Tel est le cas dans l’arrêt annoté où le Conseil d’Etat juge que le CPAS de Visé a commis une illégalité dans le cadre de la passation du marché public de travaux relatif à l’aménagement d’une maison de repos, mais rejette néanmoins le recours.

Dans l’arrêt annoté est attaquée devant le Conseil d’Etat la décision d’attribution d’un marché public de travaux pour l’aménagement d’une maison de repos par le CPAS de Visé.

Dans sa requête de suspension en extrême urgence, la requérante, la société Sogepar Construct, invoque un moyen unique, pris notamment de la violation de l’article 61, § 2, de l’arrêté royal du 15 juillet 2011 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs classiques. Cette disposition énonce que le fait pour un soumissionnaire d’être dans une situation de réorganisation judiciaire est une cause d’exclusion facultative des marchés publics. Or, la requérante reproche au CPAS de Visé d’avoir décidé automatiquement de son exclusion, sans la moindre explication.

Dans l’arrêt, le Conseil d’Etat observe que lorsqu’il est confronté à un soumissionnaire en réorganisation judiciaire, le pouvoir adjudicateur doit exercer son pouvoir d’appréciation quant au sort à réserver à celui-ci au terme d’une analyse circonstanciée, celle-ci devant transparaître dans la motivation formelle de la décision. Constatant que la décision d’exclure la requérante, extrêmement concise sur ce point, ne faisait pas apparaître que le pouvoir adjudicateur aurait exercé son pouvoir d’appréciation, pas plus qu’aucun élément du dossier administratif (si la décision n’avait pas fait état de la mise en œuvre de ce pouvoir mais bien le dossier administratif, l’intérêt au moyen de la requérante aurait pu être contesté), le Conseil d’Etat accueille le moyen et le déclare sérieux.

Ce n’est pas tant sur ce point que l’arrêt trouve une certaine originalité – sur le fond, le Conseil d’Etat réitère une thèse classiquement admise – que par la circonstance que le Conseil d’Etat, au terme d’une opération de mise en balance des intérêts, décide de rejeter le recours en suspension, malgré la reconnaissance du caractère sérieux du moyen.

L’article 15, alinéa 3, de la loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l’information et aux voies de recours en matière de marchés publics et de certains marchés de travaux, de fournitures et de services permet à l’instance de recours, d’office ou à la demande de l’une des parties, de tenir compte des conséquences probables de la suspension de l’exécution et des mesures provisoires pour tous les intérêts susceptibles d’être lésés, ainsi que de l’intérêt public, et de ne pas accorder la suspension de l’exécution ou les mesures provisoires lorsque leurs conséquences négatives pourraient l’emporter sur leurs avantages.

Rares sont les cas où le Conseil d’Etat a fait application de ce mécanisme, communément appelé « mise en balance des intérêts ». Les conditions pour sa mise en œuvre sont en effet drastiques. Comme le Conseil d’Etat le rappelle, elle ne peut être appliquée que moyennant le respect des conditions suivantes :

  • l’impact d’une éventuelle suspension doit être grave ;
  • la situation doit revêtir un caractère d’urgence ;
  • elle ne doit pas être imputable au pouvoir adjudicateur.

Le Conseil d’Etat évalue également la possibilité, pour le pouvoir adjudicateur, de procéder à l’éventuelle réfection de l’acte, et ce au regard tant des motifs qui justifieraient, le cas échéant, la suspension de l’acte attaqué, que de la proximité de l’échéance au-delà de laquelle le risque grave redouté devrait se réaliser.

En l’espèce, le Conseil d’Etat constate que les conditions d’application de la mise en balance des intérêts sont réunies. L’éventuelle suspension de l’acte attaqué aurait pour conséquence une perte d’agrément pour neuf lits, ce qui impliquerait le fait de ne pas pouvoir accueillir certains résidents, conséquence relativement grave, notamment eu égard à la taille de la collectivité locale concernée. Compte tenu des délais applicables, le Conseil d’Etat juge également que l’urgence est bien établie et qu’elle n’est pas le fait du CPAS de Visé.

Lien : C.E., 29 juin 2017, n°238.735

Related news

21.09.2018 BE law
Toegang tot (milieu-)informatie en transparante besluitvorming: fundamentele pijlers van een democratische samenleving

Articles - In een recent arrest van 4 september 2018 tikt het Hof van Justitie de Europese Commissie op de vingers voor de geheimhouding die zij aan de dag legt tijdens milieuwetgevingsprocessen. Volgens het Hof van Justitie zijn openbaarheid van bestuur en transparante besluitvorming van fundamenteel belang voor een democratische samenleving.

Read more

13.09.2018 NL law
FlixBus-uitspraak over de strijd van nieuwe spelers op de openbaar vervoermarkt tegen het bestaande concessiemodel met exclusieve rechten.

Short Reads - Het verrichten van openbaar vervoer geschiedt op basis van een concessie. Een concessie is het recht om met uitsluiting van anderen openbaar vervoer te verrichten in een bepaald gebied gedurende een bepaald tijdvak, aldus artikel 1 van de Wet personenvervoer 2000 (hierna: de 'Wp 2000'). 

Read more

19.09.2018 NL law
Algemene overheidsbesluiten alleen nog digitaal publiceren?

Articles - Op dit moment bepaalt de Algemene Wet bestuursrecht nog dat het mogelijk is om algemene besluiten alleen bekend te maken in een dag- en nieuwsbladen. Het spreekt, mede gelet op de steeds verdergaande digitalisering van de samenleving, voor zich dat de roep om dit te wijzigen steeds luider wordt. Tom Barkhuysen bespreekt het conceptwetsvoorstel dat verplicht tot elektronische bekendmaking.

Read more

12.09.2018 NL law
Wetsvoorstel wijziging Crisis- en herstelwet (Transitiewet Omgevingswet) ingediend bij de Tweede Kamer

Short Reads - Op 5 september 2018 heeft de regering het wetsvoorstel tot wijziging van de Crisis- en herstelwet (Chw) (Kamerstukken II 2017/18, 35 013, nrs 1-3) ingediend bij de Tweede Kamer. Het wetsvoorstel beoogt onder meer te voorzien in snellere en gemakkelijker procedures om woningbouw te versnellen. Ook overbrugt het wetsvoorstel de periode tot inwerkingtreding van de Omgevingswet (vooralsnog 1 januari 2021) en kan daarom ook worden beschouwd als een transitiewet naar de Omgevingswet.

Read more

13.09.2018 NL law
Centrale Raad van Beroep verduidelijkt publieke-taakjurisprudentie ten behoeve van het bestuursorgaanbegrip

Short Reads - De Centrale Raad van Beroep (CRvB) verduidelijkt in een uitspraak van 15 augustus 2018 zijn publieke-taakjurisprudentie over de vraag wanneer een privaatrechtelijke rechtspersoon, zoals een besloten vennootschap, een bestuursorgaan is als bedoeld in artikel 1:1 lid 1 aanhef en onder b Algemene wet bestuursrecht (Awb).

Read more

12.09.2018
Nadere uitleg van de Hoge Raad over 'op de zaak betrekking hebbende stukken'

Short Reads - De Hoge Raad heeft in drie belangwekkende arresten van 17 augustus 2018 een nadere uitleg gegeven over het verstrekken van op de zaak betrekking hebbende stukken. De drie arresten gaan over belastingzaken maar zij zijn relevant voor het hele bestuursrecht. In dit blogbericht gaan wij in op deze arresten en de betekenis daarvan voor de praktijk. Wij zullen in het bijzonder stilstaan bij de wijze waarop de Hoge Raad oordeelt over het verstrekken van gegevens bij geautomatiseerde besluitvorming.

Read more

Our website uses cookies: third party analytics cookies to best adapt our website to your needs & cookies to enable social media functionalities. For more information on the use of cookies, please check our Privacy and Cookie Policy. Please note that you can change your cookie opt-ins at any time via your browser settings.

Privacy – en cookieverklaring