Articles

Sauf exceptions, le marché public est un contrat soumis au droit commun des contrats et de la preuve

Sauf exceptions, le marché public est un contrat soumis au droit commun des contrats et de la preuve

Sauf exceptions, le marché public est un contrat soumis au droit commun des contrats et de la preuve

24.03.2017 BE law

Par un arrêt encore inédit du 24 mars 2017, la Cour d’appel de Bruxelles (2e Chambre) a rappelé quelques principes applicables à l’exécution des marchés publics.

Tout d’abord, un marché public est un contrat synallagmatique de sorte que, sauf les exceptions prévues par la loi, les dispositions du Code civil et la théorie générale des obligations s’y appliquent. Ensuite, les règles du droit commun de la charge de la preuve s’appliquent, sauf disposition légale spécifique, aux marchés publics. Conformément à l’article 1315, celui qui réclame l’exécution d’une obligation doit la prouver et celui qui s’en estime libéré doit justifier le paiement ou le fait qui a produit l’extinction de son obligation.

Concernant l’obligation pour le pouvoir adjudicateur de vérifier la déclaration de créance et de dresser au plus tôt un procès-verbal mentionnant la somme qu’il estime réellement due (art. 15 §1er, 2° du CGCh, art. 95 §2, 2° des RGE), la Cour constate certes qu’en l’espèce le pouvoir adjudicateur n’établit pas avoir exécuté cette obligation, mais rejette la solution retenue par une jurisprudence - qualifiée d’isolée - de la Cour d’appel de Mons. Celle-ci, par un arrêt du 9 octobre 2009 (Entr. et dr. 2010, p. 267), avait considéré que l’état d’avancement qui n’avait pas fait l’objet d’un procès-verbal dans le délai ne pouvait plus être contesté par le pouvoir adjudicateur. La Cour d’appel de Bruxelles, se fondant sur le rapport au Roi précédant l’arrêté royal du 14 janvier 2013 concernant l’article 95 des RGE, décide que la seule sanction du non-respect de l’obligation de dresser le procès-verbal fixant la somme due consiste dans le paiement des intérêts prévus en la matière.

Mais la Cour d’appel de Bruxelles indique qu’en cas de délai déraisonnable mis par le pouvoir adjudicateur pour communiquer ses contestations, le juge peut en tirer toutes les conséquences sur le plan probatoire, eu égard à l’obligation pour les parties de collaborer loyalement à la charge de la preuve. Dans le cas d’espèce, la Cour a constaté que l’expertise ordonnée par le premier juge n’avait pas été mise en mouvement par les parties et qu’il n’en était pas demandé de nouvelle, de sorte que les parties restent en défaut de prouver leurs prétentions ou contestations, dont elles ont en conséquence été déboutées.

 

Related news

25.04.2018 NL law
Relativiteit, de correctie-Widdershoven en het keurslijf van het gelijkheidsbeginsel (NTB 2018/19)

Articles - Na de introductie van het bestuursrechtelijk relativiteitsvereiste bleef één vraag boven de markt hangen. Dit was de vraag of dit relativiteitsvereiste ook zou moeten worden uitgerust met een correctie-Langemeijer-achtige correctie. Inmiddels heeft de Afdeling al weer enige tijd zo’n correctie aanvaard, op voorspraak van Staatsraad Advocaat-Generaal Widdershoven. In de zogenoemde slijterijzaken heeft de Afdeling deze correctie-Widdershoven voor het eerst laten slagen.

Read more

20.04.2018 NL law
De harmonisering van milieuzones

Short Reads - Een dik jaar geleden schreven wij hier op het Stibbeblog over de eerste uitspraak van de Afdeling bestuursrechtspraak van de Raad van State over een milieuzone (Afdeling bestuursrechtspraak laat de Utrechtse milieuzone in stand). Wij voorspelden toen 388 verschillende milieuzones in Nederland. Ook de staatssecretaris van Infrastructuur en Waterstaat erkende dat gevaar en schreef in een kamerbrief van 5 april 2018 over de harmonisering van milieuzones. Wij staan daar in dit blog kort bij stil.

Read more

25.04.2018 NL law
Het recht om fouten te maken

Short Reads - Nederland moet nagaan of het zinvol is een wet in te voeren ‘die er kort gezegd op neerkomt dat de burger fouten kan maken zonder dat dit onmiddellijk als overtreding of fraude wordt gezien’. Dit adviseert de Raad van State in zijn recente jaarverslag over 2017.

Read more

Our website uses cookies: third party analytics cookies to best adapt our website to your needs & cookies to enable social media functionalities. For more information on the use of cookies, please check our Privacy and Cookie Policy. Please note that you can change your cookie opt-ins at any time via your browser settings.

Privacy – en cookieverklaring